loudtest

Tout, rien, n'importe quoi en essais ... (-18)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arden

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Arden   Jeu 5 Juil - 14:39

Voilà déjà quelques semaines que je suis arrivé sur cette ile avec un objectif bien précis en tête. Ce dernier est de retrouver celle que je considère comme ma promise. J’ai un plan depuis sa naissance pour cette gamine, cette fille de chasseur dont les ancêtres ont décimé quelques-uns des miens. De petites branches ont craqués sous mes pas, des animaux ont fuit peur d’être chassé en cette nuit de pleine lune. Si je suis encore dehors c’est que certains sous-fifres que sont les succubes et les incubes ont cru voir un bateau accoster il y a quelques heures à peine au large de l’ile. Ils n’ont pu voir rapidement qu’un corps frêle aux longs cheveux. C’est assez peu mais tellement pour moi que je me suis proposé personnellement pour effectuer une battue et seul. Cela me laisse un espoir même infime que cela soit elle ou un des siens. Plus de femmes adultes car elles ont toutes disparue ou presque pour ne plus donner vie. Une famille serait bientôt disparue entièrement ou du en généralité, ils nous foutront la paix pour un bon moment. Pour Arden, j’ai clairement en tête de la faire mienne purement et simplement. Oui dès que je la retrouverai, elle deviendra mon esclave de grès ou de force. Je m’éloigne de plus en plus du château, d’après certains renseignements, une rivière coule dans une forêt, c’est là que j’ai décidé de me rendre pour débuter mes recherches. Sur mon chemin, au loin un hibou ulule, l’ambiance d’un film d’horreur de seconde zone est là, il ne manque d’une araignée ou deux en plus d’un loup et nous avons en cocktail tout de qui représente les clichés parfaits. Sous mes pas l’herbe frémit, les branches craquent. Je m’enfonce de plus en plus dans la futaie sans réellement trop avoir de piste, la pluie commence à tomber et efface les traces. Je pousse un grognement animal tout en continuant d’avancer. J’arrive non loin d’un court d’eau je m’accroupi sur une pierre, chacun des pores de mon épiderme transpire la colère, la haine, c’est ce sentiment qui me fait avancer pour la retrouver. A nouveau le hibou me démontre sa présence, ce crétin m’aurait-il suivi ? Rien n’est impossible sur cette ile maudite. Je me suis trop éloigné, je le remarque encore plus. Un soupire s’échappe de mes lippes, je sors un couteau taille rapidement une forme rectangulaire sur la pierre, cela me servira de repère. J’ai beau avoir cinq cent vingt ans, il peut m’arriver de me tromper aussi. Je lève la tête au ciel et remarque qu’il s’est arrêté de pleuvoir, mes vêtements sont déjà humides, pour ne pas dire trempés. Cela ne me fait rien, je suis immunisé contre tout ce qui est rhume et compagnie. La grippe ? Je ne connais pas pour le plus grand malheur de certains qui auraient aimé me voir alité et dans un état de faiblesse général à cause de ce microbe. En parlant de microbe, je me demande si celui que je cherche est bien la gamine finalement. Je commence à me dire que les succubes et les incubes de cette ile sont des bons à rien. Un nouveau soupir se laisse entendre et ensuite légèrement au loin une respiration se fait légèrement plus haletante comme si un humain avait du mal à respirer à cause d’une douleur ou d’un froid qui vient lui gifler les os. Proche de la mort ? Non le cœur bat encore bien, voilà sans doute ma proie, enfuie dans les profondeurs de la forêt. Attention petit chaperon rouge, voilà ton méchant loup qui n’a fait que bouffer ta grand-mère mais aussi ton arrière-grand-mère et la mère grand de cette dernière. Un prédateur aux dents acérées prêtes à être plongées dans une chair encore tendre d’un épiderme à peine brulé par le soleil. Je me rapproche un peu de la cachette et une odeur ne m’est pas inconnue, un fumet agréable et qui ne m’est pas inconnu … un effluve qui me ramène dans le passé, celui de mon temps à Glasgow ! Mes lèvres s’étirent, mes canines ressortent, oui elle est sans doute très proche, il ne me reste plus réellement qu’à mettre la main dessus dans ce périmètre ! « Montre toi, je sais que tu es là ! » Ma voix est plus ou moins menaçante déjà, je n’ai plus envie de jouer à cache-cache. Cela fait de plus de cinq siècles que je ne connais plus la notion de jeu hormis ceux sexuels…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Arden   Sam 7 Juil - 1:40

A chaque jour, un nouveau combat ! Ce n’est pas forcément vrai … le mien dure depuis plus d’une décennie, une épreuve un peu compliquée à gérer. A de nombreuses reprises, je me suis vu toucher au but mais il n’en a jamais rien été. Cela été à chaque fois un coup d’épée dans l’eau, un essai raté. Mon poing à souvent volé dans le mur ou dans une glace. Sept ans de malheurs selon certains quidams, j’ai plus de cinq siècles d’existence alors un septennat de merde en plus, je m’en cogne royalement. La nuit a enfin fait place au jour et nous enfants de Nyx pouvons enfin, révéler nos forces et nous nourrir. Créature de la nuit comme ceux de ma race, j’aurais dû sustenter à mes besoins. Au lieu de cela je suis parti en chasse, une partie de moi croit en sa présence sur Heartkiller, un espoir m’est permis, un bateau échoué et en piteux état me fait croire en cet espoir. Il n’y pas que la carcasse de bois qui peut me laisser imaginer mon souhait se réaliser. Des papiers m’ont été rapporté par nos créatures avec son nom de famille inscrit dessus : Fraser ! Encore à peine lisible mais j’ai pu reconnaitre ce nom de famille rapidement et facilement surtout. Tapis dans les coins les plus sombres, j’ai veillé sur elle et sur sa famille en quelques sortes. Il a fallu l’intervention de ces renégats pour que mes plans soient flingués. Evidemment, j’ai protégé la gamine avant qu’ils ne s’en prennent à elle. J’avais déjà à cette époque de solides plans pour elle. Tout avait été calculé, précisé dans un plan qui s’annonçait diabolique pour les siens. Pour elle ? cela aurait pu et dû être la vie éternelle … Cela sera encore le cas lorsque je mettrai la main sur elle. Pour peu que j’y arrive si les loups et autres bestioles de l’ile ne l’ont pas dévorée. Si c’est le cas, son père et le reste de sa famille en payeront le prix ! Je considère qu’ils me l’ont arrachée après déjà avoir pris la vie de nombreux Campbell installé du coté de Glasgow avec mon consentement. Je peux reprendre la route à tout moment pour aller tailler le cuir de ces clochards, ces être impurs aussi galleux que les anglais. Ah ces fils de putes de rosbeefs, ils me manquent un peu pour un bon combat. Une bonne castagne à la sortie d’un pub où j’ai pu en briser des mâchoires. Il y a bien ce petit vampire à la jeunesse éternelle mais lui, il est spécial. Il m’a aidé à Londres et pour cela, je lui laisserai la vie sauve mais les autres … Bref, je ne suis pas là pour parler de ces raclures de la société. Mon flair me fait avancer, je sens plusieurs odeurs dans cette forêt, les traces de pas se sont effacées à cause de la pluie. Je soupire, j’ai beau être écossais, je n’aime pas spécialement la pluie, elle nique mes indices et c’est encore un peu plus la merde pour moi. Durant ma balade nocturne, je suis suivi par un hibou, ce dernier m’accompagne un peu contre ma volonté et un loup m’a aussi signalé sa présence. Super voilà des entremets servis encore chauds. Ils ne me serviront que de casse dalle, oui je commence à ressentir ce creux dans l’estomac qui me signifie qu’il va être temps que je bouffe moi aussi. Une pause est prise sur un rocher non loin de la rivière et c’est juste après que cela s’est arrêté de pleuvoir. Je vais pouvoir me remettre en route mais sans indices, enfin peut-être pas car une respiration et un palpitant se font entendre.

Nous vampires avons l’ouïe fine, l’odorat est aussi aiguisé, nous voyons la nuit, nous sommes des prédateurs, sans fois ni lois. Une présence affaiblie n’est guère loin de moi, d’après mon expérience, il s’agit d’un humain et au parfum, une femme. Je ne saurais rien encore de plus mais, l’espoir renait, un coup de chance, le hasard pur et dur. A mon arrivée personne à l’horizon, mon regard balaie les alentours, à gauche puis à droite, je ne pense pas regarder au-dessus de moi, trop haut pour un humain même entrainé tel un soldat … l’odeur de fer qui se dégage du sang humain se fait encore plus forte, ma proie est proche, toute proche … Son souffle est court, haletant par la fatigue mais aussi par une certaine inquiétude. Un sourire carnassier se dessine sur mes lèvres, je vais devoir faire face à quelqu’un qui sait se cacher. Un peu d’amusement sur cette ile où je commençais à prendre un peu racine avouons-le. Un objet brise le sifflement du vent, pourfendant l’air et venant se planter avec une certaine violence dans l’arbre juste à mes côtés. Je viens pourtant bien de lui donner un ordre, celui de se montrer. Je vois celui ou celle qui se cache non loin à du répondant et m’envoie un message clair. Je suis étonné et surpris par le projectile, ce dernier aurait pu très bien terminer sa course dans mon cœur, la personne a fait exprès de me rater, j’en suis convaincu. Un éternuement se fait entendre et il n’est pas petit. Je lève les yeux au ciel et c’est encore plus amusé que je vois une possible cachette. Je me retourne et présente mon dos à la chassée, je vais retirer le pieu enfoncé dans l’écorce pour l’examiner. Il est possible qu’il y ait encore une trace olfactive dessus ! Au premier regard, je remarque qu’il a été taillé avec soin, nul doute c’est un chasseur ou une chasseuse. Je porte l’arme vers mon nez et reconnait faiblement une odeur familière ! Un nouvel éternuement me fait comprendre que c’est une femme, cette fois plus de doute, je possède trop d’indices, il s’agit bien de celle que je voulais retrouver. « Ainsi tu es devenue l’une des leurs … » Grondais-je en jetant le pieu et en l’écrasant sous ma semelle de colère. « Dis-moi princesse portes-tu toujours autour de ton cou le médaillon que je t’ai offert ? » Ma voix est une fois de plus menaçante, je me sens trahi. « Ou l’as-tu planté dans un arbre aussi ? » Je viens de faire clairement et volontairement référence au pieu qu’elle m’a balancé. Je repense rapidement à ses éternuements et alors que j’attends ses réponses, je retire ma longue veste en laine noire que je jette de manière désinvolte au sol avant de défaire mon t-shirt aussi sombre que ma crinière. Je ramasse mes guenilles et les lance au pied de l’arbre. « Si tu descends, ils sont à toi, j’ai très bien entendu que tu commençais à éternuer. » Je vais m’appuyer contre l’arbre encore blessé par son pieu, lui s’en remettra mais cela n’aurait pas été mon cas si je l’avais bouffé dans le palpitant. Je n’ai pas encore prononcé une fois son prénom juste par envie, princesse lui convient mieux surtout avec le caprice qu’elle semble me faire. « J’ai tout mon temps moi tu sais … et ce n’est pas moi qui risque la mort juste parce que mes tissus sont trempés. » Ma voix est nouvelle fois dure, mes bras musclés se sont croisés sur mes pectoraux. « Si j’avais voulu te tuer princesse, crois-moi, je l’aurais fait à Glasgow ! Ne penses-tu pas que j’ai raison ARDEN ? » Je grogne de manière féroce son prénom, elle commence doucement à jouer avec ma patience et cette dernière est loin d’être légendaire. Elle sait que j’ai raison, cela ne fait aucun doute là-dessus. « Décide-toi et vite, je commence à avoir la dalle et je me dis que ton amie la biche serait un excellent bouche trou en attendant mieux. » Par mieux j’entends du sang humain évidemment. Elle va devoir se décider car le mammifère est à deux doigts de trépasser pour que je puisse reprendre un peu d’énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Arden   Mar 10 Juil - 10:36

Pour de nombreuses personnes, nous n’existons pas, nous sommes des légendes, des mythes. Tout vient d’un homme qui a écrit l’histoire très romancée de l’un des notre. Celui est considéré comme le père de tous vampires à tort évidemment, Bram ne le savait pas mais nous naissons comme n’importe qui pour la plupart d’entre nous. Il ne le saura jamais non plus car une rumeur dit, qu’il a été tué par un vampire agacé de son histoire sur Vlad… Qu’est-ce que j’en pense ? Je n’en ai rien à foutre, j’ai d’autres chat à fouetter et surtout une petite chatte précisément. Si seulement, je savais où elle vit, si elle a survécu car sa tête a dû être mise à prix après cette nuit. Une nuit de cauchemar pour elle et si sanguinaire pour le reste de sa famille. Si certain ont dit que l’hiver est revenu, là moi je dis que le sang a coulé et bien coulé, on a ouvert une valve pour le plus grand plaisir des deux vampires qui voulaient la dévorer elle aussi après avoir dégusté sa génitrice. La pauvre n’avait rien fait, elle s’occupait de sa gosse quand ils lui étaient tombés dessus et je n’étais intervenu que pour sauver ma proie personnelle. Je pense que je suis devenu ce jour-là et l’espace d’une ou deux minutes, un être humain -assoiffé de sang et de vengeance certes- car j’ai ressenti un peu de pitié pour Arden … Oui cela pourrait prêter à sourire quand on connait le nombre de meurtre à mon actif pour me nourrir mais cela aurait été eux ou moi. La grande faux serait passée quoiqu’il arrive quelques instants plus tard, j’ai fait qu’aider la vieille quoi.

Sur l’ile, je suis parti vérifier les indices que j’ai obtenu des larbins, une coque d’un bateau en piteux état échoué et des documents presque illisible m’ont rendu cet espoir. Celui de la retrouver, enfin après tant d’années de recherche. C’est dans la forêt que cela a débuté, près d’un ruisseau que cela a continué et finalement que je l’ai retrouvée. Enfin c’est ce que je pense car, elle n’a encore rien dit alors que je n’ai cessé de jacasser. Putain mon côté féminin est ressorti … trop de blabla pour peu d’action … Je suis à ses pieds, elle doit bien le remarquer bordel ! Cachée dans son arbre mon petit singe commence à jouer avec mes nerfs, elle a du le remarquer en observant la manière dont j’ai brisé le pieu qu’elle m’a balancé en guise d’avertissement … sale môme qui oublie qu’elle me doit la vie, elle a osé se dresser contre moi … une autre possibilité existe, je n’y ai pas pensé tout de suite … voilà un de mes défauts, j’agis avant de réfléchir … elle pourrait avoir tué la gamine et … non putain ce n’est pas possible, ce n’est pas une vampire pour avoir tenté de me canarder de cette manière. Mauvaise pensée qui fait assombrir encore plus mes prunelles, celles-ci sont dirigée vers le haut de l’arbre où mon petit oiseau de paradis est perché. En bon chasseur, je devrais être patient, j’ai tout mon temps, je suis éternel ou presque, de plus j’ai de quoi me nourrir à portée de main avec les quelques petits rongeurs qui trainent ci et là dans les arbres ou dans la terre. Qu’a-t-elle fait durant ce temps ? M’observer elle aussi, juger de quoi, je suis capable, de la manière dont je me comporte. Pour le moment, je suis encore un gentleman car je reste patient. Je lui ai peut-être fait peur avec le coup du pieu mais j’aime montrer que je n’ai peur de personne. Bon nombre de personnes ont essayé de me tuer sans y parvenir et m’ont servi de déjeuner, Arden a de la chance, j’ai d’autres choses en tête pour sa jolie frimousse. Je l’ai reconnue, son silence veut tout dire pour moi. Elle m’énerve de plus en plus, je perds patience, de chasseur, je vais passer à prédateur … pauvre petit chaperon rouge qui va se faire bouffer par le grand méchant vampire. Oui je remplace les cabots par la race la plus sombre de cette planète et alors ? De toute façon nous avons toujours été des nuisibles pour les quidams ordinaires. Les petites gens ont cloué des chauves-souris aux portes de leurs maisons durant le moyen-âge pensant qu’elles étaient des nôtres … humain stupides et crédules … Eux qui pensaient que leur messie était un barbu aux cheveux longs, le soi-disant fils de dieu … laissez moi rire … ils ne sont rien que des esclaves pour nous désormais !

Mon attention se porte à nouveau sur ma proie, cette fois, elle commence sérieusement à m’agacer ! Cette petite bornée est juste entrain de gâcher des minutes de sa vie, j’ai jeté une partie de mes vêtements au pied de l’arbre pour qu’elle vienne les rechercher, cet effort de ma part a été vain. C’est torse nu que je reste avec elle, je ne changerai pas d’avis, ils sont pour elle, si elle le désire. Elle ne me répond toujours pas lorsque je lui parle de sa ville de naissance, cela me fait soupirer. Mon taux de patience se réduit encore un petit peu. S’il atteint zéro, cela sera fini d’elle … Elle ne le souhaite sans doute pas et moi non plus. Je prononce son prénom pour avoir le cœur net de son identité mais à nouveau, aucune réponse mais je l’ai entendu frissonner, cette fois c’est certain c’est bien elle. J’entends chaque geste qu’elle peut faire, le frottement de ses paumes sur ses bras pour se réchauffer n’est pas dupe, elle est entrain de lâcher prise. Il me reste une dernière carte, la biche qui se trouve non loin de nous ferait une excellente entrée pour moi. « Tu dois sans doute croire princesse que je ne me nourris que de sang humain ! C’est ça n’est-ce pas ? » Je ricane une fois de plus. « Et bien tu te trompes. Nous vampires aimons aussi de temps en temps nous sustenter d’autre chose comme toi et ceux de ton espère, vous mangez du poisson parfois à la place de la viande et bien pour nous c’est pareil ! Toutefois, je préfère le sang humain, il a meilleur gout. » Voilà sa leçon du jour donnée. Maintenant, elle va éventuellement me prendre au sérieux ! Je l’entends éternuer à quelques reprises, je fronce les sourcils, elle a les cartes en mains, elle peut avoir des tissus chauds et secs, sauver cette saloperie de biche d’un seul et unique coup en descendant. Je commence sévèrement à m’impatienter, je deviens comme un lion en cage. Finalement elle se met en action, super elle va descendre de son arbre mon ouistiti. Un cri, une branche qui craque, fausse joie, elle a juste bougé de place … Un grognement s’échappe de mes lèvres, je vais la buter c’est plus que certain ! Son sac est tombé, un nouveau point pour moi. Son souffle est court, oui elle a eu peur en se mettant en mouvement, son cœur bat rapidement aussi, c’est signe d’un léger stress. Elle pousse un nouveau petit cri, je tente de suivre tout cela du regard mais le feuillage n’en empêche, bordel, je commence à haïr cette nature de merde ! Je peux l’apercevoir, elle a choisi de descendre et se retrouve sur une série de rochers au-dessus de moi, j’observe avec une certaine crainte pour elle ce qu’il se passe, elle se prend pour Indiana Jones, toutefois, je préfère la voir elle se mouvoir que le vieux Ford. La voilà au sol après moult péripétie, c’est elle, j’en ai une confirmation visuelle. Mes lippes s’étirent … « Cela fait combien de temps Arden ? » Je connais la réponse à ma question, mais je veux entendre le timbre de sa voix enfin. Nos iris s’accrochent, nous nous défions du regard, je fais quelques pas à mon tour, je vais chercher ma veste et mon t-shirt, je ne cesse de la regarder, la chrysalide est devenue papillon, c’est désormais une superbe jeune femme de près d’une vingtaine d’année qui se présente face à moi. Je remarque qu’elle serre son arme, je respire un peu plus fort, elle m’agace … Je ramasse les fringues et je commence à me rapprocher d’elle. Son pieu est pointé vers le bas et le mien commence à se dresser. Me voilà juste en face d’elle, je laisse à nouveau tomber le t-shirt, je viens lui passer ma veste sur les épaules et en profite pour observer sa nuque, non pas pour la mordre mais bien pour vérifier l’histoire du médaillon. « Ainsi tu l’as toujours princesse … » Ma voix s’est légèrement adoucie mais reste rocailleuse. « Laisse-moi de te dire que tu es ravissante… et que non, je ne compte pas te dévorer. » Je passe mes doigts sur son visage ignorant totalement son arme « Azazel, voilà comment je m’appelle Arden … » Mon identité est dévoilée, je ne sais pas pourquoi je lui ai dit en caressant son visage … sans doute parce que dans quelques heures, elle sera dans ma chambre à me servir d’esclave et de poche de sang pour notre plus grand plaisir à tous les deux, enfin surtout pour le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arden
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mine de Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
loudtest :: Tout et rien :: Rp-
Sauter vers: