loudtest

Tout, rien, n'importe quoi en essais ... (-18)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 reunions and fiery memories -Kleopátra-

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: reunions and fiery memories -Kleopátra-   Ven 7 Sep - 9:46

Me voilà de retour d’un séjour à l’étranger où j’ai été voir un groupe qui s’est avéré être franchement minable, aucuns talents, aucunes harmonies dans les rifts d’une guitare à peine accordée… bref pour être vulgaire cela a été la pire des merdes professionnellement parlant. Sur le plan personnel, cela n’a pas été facile non plus … j’ai du resté éloigné de ma pépite, celle qui m’a rendu dingue au premier regard, qui me rend toujours dingue aujourd’hui. Ma Kleopátra m’a réellement et terriblement manqué. Oui j’utilise pas mal l’adjectif possessif quand je parle d’elle et ce même si nous vivons une relation quelque peu spéciale. Je connais la plupart de ses secrets, de ses désirs, nous avons pas mal de fantasmes communs et il n’est pas rare que nous les évoquions librement. Preuve en est que nous fréquentons souvent un antre ou le plaisir et le désir charnel règnent en dieux absolus. Toutefois lorsque nous nous y rendons ensemble ce n’est que pour voir une seule et unique personne, notre petite orchidée chérie. Une jeune femme assez resplendissante qui a tapé dans l’œil de ma chérie avant que je ne la connaisse, il me semble, j’avoue que j’ai un peu de mal avec les dates encore. Irén a été glaciale au début mais, elle a vite compris que je n’étais pas contre sa relation avec Kleo et qu’au contraire, cela m’excitait. Aujourd’hui, nous formons un trio assez sulfureux et amoureux au point que Kleo et moi avons un projet qui nous satisfera tous les trois. Pour le moment, je n’en dirai pas plus …

Je pose enfin ma valise devant la porte de notre domicile, cela fit peut de temps que nous vivons ensemble mais nous en avons rapidement ressenti le besoin. Pour ne pas se disputer, nous avons convenu de chercher un truc ensemble qui serait totalement neutre. Pas de souvenir d’autres conquêtes autre que la fleur du jardin d’Eden de cette manière. Le début d’une véritable vie de couple s’est offert à nous de cette manière avec de grands espaces pour nous puissions travailler à notre guise. J’ai besoin de lace pour mes ordinateurs, tables de mixages, pour ma guitare avec son enceinte lorsqu’il m’arrive de composer, mais aussi pour mon bureau où, je peux recevoir certaines personnes. Ma femme comme j’aime la nommer a besoin elle aussi de son espace pour placer certains dossiers, documents ou encore autres choses qui lui sont utiles pour ses articles, elle a aussi besoin de calme, voilà pourquoi nos pièces professionnelles sont assez espacées au point que la mienne se retrouve au sous-sol comme je l’ai suggéré lors de notre emménagement. La clef est poussée, tournée, la porte vient de s’ouvrir sous l’impulsion de mon genou droit légèrement visible via le trou de mon jean bleu presque délavé. Je peux déjà humer le parfum de ma moitié. Un rapide sourire se dessine sur mes lèvres, elle est présente, son perfecto me le prouve. Toutefois, je tiens à lui faire la surprise de mon retour. Un peu égoïstement et même si elle me manque aussi, je n’ai pas envie de voir Irén tout de suite, je veux partager un petit moment avec Kleo. Ensuite nous pourrons sans doute aller la voir ensemble mais rien n’est moins sur encore. Si cela se termine comme lors de notre premier diner ensemble, nous ne quitterons pas notre chez nous avant demain matin au plus-tôt. Je ne suis pas discret pour arriver dans son bureau, elle est tellement concentrée qu’elle n’entend pas la porte s’ouvrir ou elle le fait exprès, ça aussi elle en est capable. J’entends ses doigts pianoter furieusement sur le clavier, elle doit écrire un article … Merde … Tant pis, j’ai trop envie de l’embrasser, de la serrer dans mes bras et de savoir, comment elle va. Doucement, je pose mes mains sur ses épaules commençant à la masser délicatement avec une autre idée en tête. « Bonjour la plus belle et plus sexy des journalistes ! » Ma voix légèrement rocailleuse à cause de la cigarette se laisse entendre au creux de son oreille que je mordille déjà. Non de dieu qu’elle m’a manqué, je passe un rapide coup de langue de manière à la faire frissonner, je fais tout pour que nos retrouvailles soient les meilleurs possibles. « Comment vas-tu ma reine ? » Voilà le petit surnom que j’aime lui donner et qui ne restera que mien, j’ai demandé à Irén d’en employer un autre, celui qu’elle voudrait mais, pas celui-là. En échange, elle m’a fait promettre de pas utiliser celui qu’elle utilisait à son tour, un véritable échange de bons procédés en gros. Dans un geste tendre, je viens enfin capturer ses lèvres, elle aura eu le temps de me répondre entre temps et j’ai envie de lui prouver que je me languis d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: reunions and fiery memories -Kleopátra-   Mar 11 Sep - 14:36

Je n’ai qu’une hâte : la retrouver, la serrer contre moi, l’embrasser et très certainement lui faire l’amour. Peut importe la pièce où l’on se trouvera, nous aurons un peu de temps à rattraper. En essayant d’être le plus discret possible, j’ai ouvert la porte de notre chez nous, l’ai refermé avec le plus grand tact possible avant de déposer ma valise dans le vestibule de l’entrée et enfin, je vais en sa direction après avoir remarqué la présence de son blouson noir dont, elle ne se sépare jamais. Introduis dans sa pièce professionnelle, je remarque qu’elle pianote furieusement sur son clavier, elle écrit, concentrée comme jamais au point de pas bouger, faignant sans doute d’avoir remarqué ma présence. Arrivé à sa hauteur, je peux poser mes mains délicatement sur ses épaules et commencer à la masser. Je remarque qu’elle ferme les yeux et se détend, ok ce sujet a dû lui prendre la tête, à moins que cela ne soit autre chose. Doucement, elle se détend bouge sa nuque pour me laisser faire ce dont j’ai envie. Quelques mots doux s’écoulèrent de mes lèvres, une phrase ou deux après, je peux sentir ses doigts dans ma barbe, sur ma mâchoire. Cela me fait frissonner, Kleo ne sent pas compte du bien qu’elle me procure en me faisant ça. Elle me répond, qu’elle va mieux désormais parce que je suis là. C’est dans un murmure, dans un souffle qu’elle me les a prononcées. Notre baiser de retrouvaille est empli de ferveur, de sentiments, les nôtres, ceux que nous nous portons.

Elle se lève et se retrouve dans mes bras, collée contre son bureau, nous sommes seuls au monde. Un de nos téléphone se fait entendre, vu le bruit qui se rapproche plus d’une ponceuse que d’autre chose, il s’agit du sien, elle se met à le chercher et une fois en main, elle me repousse doucement pour que je ne puisse continuer à l’entrainer vers le moment de luxure qui nous tend les bras. Elle vient de jeter un œil à son écran et vu sa moue, je ne pense que cet appel l’enchante. Elle le refuse même et voilà que nous avons été interrompus … la question qui suit est comme une excuse, quoi ? J’en sais rien mais je l’ai aussi interrompue dans l’écriture de son article. Je passe la main sur ma barbe tout en soupirant, je vais devoir peser mes mots … « Franchement ? Nul ! Ils m’ont fait me déplacer, m’éloigner de toi, pour rien … » Je la regarde en souriant et en passant ma main délicatement sur son doux visage, je me sens chanceux depuis qu’elle m’a invité à diner ce soir-là. A cette date nos vies ne font plus qu’une. En effet, cela n’aurait dû rester qu’un diner mais dès notre premier baiser, nous nous étions enflammés et s’en est suivi une invitation dans sa chambre où je l’avais déshabillée lentement en posant mes lèvres sur chaque parcelle d’épidermes que je découvrais, je la sentais hésitante de son coté, je ne la forçais en rien mais, elle le voulait aussi alors d’une manière tendre, je l’avais prise sur son lit. Le naturel est vite revenu au galop, en levrette, je lui claquais son merveilleux cul dès notre première fois. Ce coït, m’avait donné encore plus envie d’elle et la nuit était à nous … « Et toi alors ces derniers jours ont été comment ? » Lui demandais-je enfin ! Je m’intéresse à tout ce qu’elle écrit, tout ce qu’elle visionne même si, je ne comprends pas toujours tout pour être honnête. Sa main vient se poser sur la mienne, une nouvelle salve de regard langoureux se fait. Rockeur dans l’âme, j’ai toujours ce côté un peu rebelle que ce soit dans mes tenues vestimentaires ou dans mes paroles. Lorsqu’on nous voit ensemble, c’est toujours les mêmes remarques que l’on peut entendre et j’ai très souvent envie d’exploser … ce n’est pas parce que nous n’avons pas le même look que nous ne nous aimons pas et que nous ne sommes pas fusionnel. Les gens qui nous critiquent, ne nous voient pas dans notre intimité et c’est tant mieux. Je souris lorsqu’elle m’avoue que je lui ai manqué, mon pouce vient directement sur sa lèvre inférieure et la caresse doucement. « La prochaine fois tu viens avec moi ! Cela a été trop dur d’être éloigné de toi aussi longtemps. » Je ne lui dis pas encore que, c’est valable pour Irén aussi, elle voudra l’emmener avec nous, la faire profiter de ce voyage en notre compagnie. Je suis déjà d’accord mais, je n’ai pas encore envie de lui annoncer pour le moment c’est nous. « Tu m’as tellement manqué … » Dis-je d’une voix plus suave cette fois. Elle vient m’embrasser, j’essaye directement d’approfondir l’acte mais elle se joue de moi en reculant sa jolie frimousse avec un sourire malicieux, son regard pétille, elle est si rayonnante … Elle me résiste un peu et j’aime ça, cela nous amuse mutuellement. Elle cède, nos bouches se scellent, nos langues se retrouvent pour la première fois depuis un moment, trop long à mon gout. Je peux gouter son whisky bien que dissipé depuis un petit moment maintenant, il y a aussi un autre arôme en elle, un parfum féminin que je connais que trop bien : celui de notre orchidée. Je peux sentir ses bras venir se nouer autour de ma nuque, ses dents venir mordiller ma lèvre inférieure. Kleo se livre totalement cette fois. Je ne suis pas en reste, je grogne légèrement de plaisir, place mes mains sur ses fesses en la maintenant fermement, ja la soulève légèrement, elle peut venir enlacer ma taille avec ses jambes si elle le désire, je me consume pour elle, je la veux ici maintenant mais peut-être pas sur son bureau, je ne sais pas si elle a sauvegardé son boulot. Je détache mes lèvres un peu des siennes. « Salon ? » Oui c’est en un seul mot que je lui demande où elle souhaite que nous nous retrouvions de manière un peu plus intime. Mes lèvres sont toujours proches des siennes, gourmande d’un baiser que j’ai déjà hâte de lui voler. Je sais qu’elle me parlera d’Irén dans pas longtemps, cela m’excite un peu de les savoir ensemble aussi, d’entendre les récits de leurs ébats saphiques et encore plus quand, je ne suis pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: reunions and fiery memories -Kleopátra-   Jeu 13 Sep - 23:31

Je l’écoute attentivement, buvant véritablement ses paroles tel de l’eau. Cette femme, je l’ai véritablement dans la peau. Elle a été productive selon elle mais à quel prix ? « As-tu dormi au moins ? » Demandais-je paisiblement. Toutefois, dans ma voix, elle peut entendre de l’inquiétude, dans mon regard, elle peut lire ce même sentiment. Il n’est pas rare que je doive la ramener à la raison, l’appeler pour qu’elle vienne se coucher ou se reposer. C’est parfois un point de désaccord en nous, oui bien que fusionnel, cela nous arrive parfois comme dans tout couple.

J’aime quand elle me sourit de cette manière, je grogne avec nos échanges, elle m’excite et en parfait homme des cavernes, je lui montre dans quel état elle me met. Elle me provoque, m’allume, il ne me faut presque rien avec elle pour devenir sauvage, dur, enivré. J’ai gouté le parfum de notre fleur favorite, un zeste de piment en plus à mon envie de posséder celle que j’aime et qui porte le même prénom que la dernière reine d’Egypte. Seul dans ma chambre d’hôtel, je les ai souvent imaginées toutes les deux. Nues, elles se caressaient sous mes yeux pour notre plus grand plaisir à tous les trois. Je mets fin à notre conversation, il est temps de nous retrouver, nous reprendrons plus tard nos palabres, le feu est en moi et c’est sans doute pareil pour elle. Toute légère, elle est dans mes bras désormais mais elle ne reste pas sans rien faire, ses jambes entourent ma taille, ses mains caressent mon cou, mes épaules, mon visage, mes cheveux, elle me fait frissonner, rêver même. La chambre étant trop loin, je viens de lui proposer de nous rendre au salon. J’ai rompu notre baiser pour lui poser ma question. Enfin ce que je nomme une question car d’autres diraient un mot tout simplement. Oui cela s’est résumé en un unique mot et c’est tout. Elle reprend le contrôle de mes lèvres pour mon plus grand plaisir. Alors que nous nous nous dirigeons vers le salon, elle me demande de la poser sur la table, celle-là même qui a accueilli notre premier repas ensemble le grand soir. « Avec plaisir ! » Le ton est suave, chaud, empreint d’un désir avoué et ressenti.

Rapidement, elle retire mon t-shirt, elle semble aussi impatiente que moi. L’aidant, je me retrouve torse nu pour notre plus grand plaisir à tous les deux. J’aime la sentir me toucher, me caresser, me désirer. Nous sommes tous les deux déjà pas mal excité notre nouveau baiser le prouve, il est encore plus ardent que les précédents. J’ai eu pas mal d’aventure avant Kleopátra mais aucune ne m’a fait autant d’effet. Sur les tissus qui cachent encore ce corps parfait, j’y laisse courir mes phalanges, sa cuisse droite est mon circuit favori, ses côtes en second mais je n’ai pas encore accès à sa poitrine ou encore à l’intérieur de ses cuisses. Je me souviens qu’elle a eu du mal avec mon corps au tout début, c’était mignon, touchant et terriblement sexy. J’ai su pourquoi, j’ai compris aussi en écoutant les récits de sa vie. Nous avons appris à nous dompter, à connaitre les points sensibles de l’autre pour notre plus grand bonheur. Elle a attrapé mon jeans par des œillets, je me suis rapproché, mon bouton a sauté, la fermeture éclair a été activée, mon pantalon est bien baissé désormais. Je défais rageusement sa chemise bordeaux, je ne lui arrache pas mais, je ne prends pas mon temps non plus. J’attrape ses seins encore cachés par son soutien-gorge qui ne tarde pas à rejoindre nos vêtements au sol. Nous nous déshabillons à la hâte, nous sommes un peu maladroits tous les deux mais tellement pressés. Nous en rions de bon cœur, je viens effleurer l’épiderme de sa nuque avant de descendre légèrement vers la naissance de sa poitrine pour attraper finalement son pantalon ainsi que son dernier sous-vêtement, d’un coup sec je retire le tout pour l’avoir complètement nue pour moi seul. C’est justement le moment qu’elle choisit pour me parler d’Irène et me dire que je lui ai manqué à elle aussi. Un sourire s’échappe de mes lèvres, j’ai cessé mes baisers sur sa peau peu dorée. Elle sourit à son tour, elle a voulu me distraire et c’est réussi. Notre orchidée n’est pas là et cela ne me frustre pas, je sais que nous allons la retrouver dès demain. « Ah oui ? » La questionnais-je un brin intrigué. Je ne pensais pas que je manquerais de cette manière à Irène, je suis surpris et flatté aussi, nous formons réellement un sacré trio.

Ce soir, c’est notre soir à Kleo et moi, j’ai besoin de lui montrer qu’elle m’appartient, que je suis sien également. « J’ai envie d’en savoir plus … » Mon puls s’est accéléré, ma voix est encore plus chaude, mes gestes encore plus sensuels, mais je suis arrêté dans ses derniers, Kleo m’a attrapé une de mes mains et s’amuse avec son pouce sur ma paume. C’est diaboliquement doux comme geste. Nous nous sourions, nos regards coquins et amusés, c’est une autre manche de notre jeu qui vient de débuter. J’apprends qu’elles ont comparé leurs doigts aux miens, qu’elles ont parlé de la sensation de barbe entre leurs cuisses. « Qui gagne alors dans la taille des doigts ? » Un petit rictus amusé, je sais très bien que je gagne pour déjà avoir entrecroisés nos doigts en simultané. Alors que j’allais lui demander si cela la gênait, elle se remet à la caresser. Je me tais sans avoir parlé laissant mon front contre le sien et l’embrassant de manière assez courte. Sa main se fraie un chemin sur mon corps, elle joue avec mes abdominaux s’amusant à les tracer un à un. Mon sexe est tendu, elle me fait clairement bander, chose qui n’est pas nouvelle car dès que j’ai posé mon regard sur elle, je l’ai désirée. Aujourd’hui nous partageons notre quotidien avec bonheur. Son pouce décidément bien joueur se met à tracer des cercles sur mon gland, elle prend autant de plaisir que moi à le faire. Elle regarde mon engin un court instant avant de venir me demander en me regardant droit dans les yeux de la faire jouir. « Vos désirs sont mon plaisir ma reine. » C’est un brin joueur que je lui fais ma déclaration en me rapprochant encore plus de son intimité et en ne cessant de la regarder. Sa main est toujours sur ma queue tendue pour la guider vers son antre de plaisir. Je respire par la bouche tout comme elle. Mon gland vient tapoter légèrement ses lèvres intimes, je m’amuse encore un peu à la chauffer à imprimer ce désir que nous avons de nous unir. Enfin doucement je commence à la pénétrer, je m’enfonce un peu plus sans revenir encore, je ne fais qu’une fois rentré à moitié et par de lent mouvement, je ne quitte pas sa chatte encore. Je me baisse comme pour venir l’embrasser mais je reste à quelques millimètres de ses lèvres. « Je t’aime Kleo ! » Dans un murmure, ma voix s’échappe intentionnellement, ma lèvre inférieure vient frôler sa bouche délicatement, mes mouvements de bassin ont imprimé un rythme de croisière assez tendre, je veux profiter d’elle au maximum, rattraper le temps que nous avons perdu par mon absence. Ma bite ne sort jamais à plus de la moitié, mes mains sont passées sous son fessier que je n’avais cessé de mater le soir de notre rencontre. Je peux laisser prunelles se fondre en elle tout en m’activant dans notre position. Nous en changerons certainement mais plus tard en attendant, nous laissons nos corps parler, se retrouver sur la table de la salle à manger. Mes bourses tapotent légèrement sa peau pas encore rosée d’assaut mais je sais que nous y arriverons. Seuls le tannement de nos cuirs et nos respirations simultanées se laissent entendre désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: reunions and fiery memories -Kleopátra-   

Revenir en haut Aller en bas
 
reunions and fiery memories -Kleopátra-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pale Memories] Premières Photos de ma nouvelle Miss P2
» Fiery Kiss
» 2008 - Ellowyne Wilde - Pale memories
» Demri (Pale Memories)
» Deck asshaï feu de camp avant la bataille [fun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
loudtest :: Tout et rien :: Rp-
Sauter vers: