loudtest

Tout, rien, n'importe quoi en essais ... (-18)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nora

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Nora   Mer 4 Avr - 9:28

Le souffle d’un vent glacial se fait encore sentir sur mon épiderme légèrement rosé par le froid hivernal. Ironique lorsque nous sommes au début du printemps. J’ai dû courser ce bâtard qui venait de voler la petite vieille qui ne se doutait de rien. En civil, je n’ai pu que le poursuivre, nous ne sommes pas aux USA et ce mec n’a pas été armé. Il voulu jouer au plus malin mais a eu deux flics au cul, un collègue est intervenu lui aussi et à deux nous l’avons coincé. C’est d’ailleurs l’autre flic qui l’a embarqué après avoir rendu son sac à la vieille dame qui nous a remercié chaleureusement. Oui cela m’arrive encore d’être du bon côté de la loi quelques laps d’un temps que je ne peux consacrer à mes filles. Non, je ne suis pas l’heureux daddy de deux fillettes, lorsque je parle de mes filles, j’évoque mes favorites du jardin. J’en possède deux si je ne compte pas Timea mon ex-belle sœur que je baise allégrement lorsque bon me semble. Non, j’ai trouvé deux superbes métisses aux formes généreuses que je ne pourrai jamais avoir ensembles même si je le souhaitais un jour. L’une d’entre elles – Monka en l’occurrence- m’a clairement annoncé qu’elle est hétéro et que les plans à plusieurs, je pouvais oublier avec elle. L’autre prénommée Nora est arrivée de je ne sais où mais est clairement plus ouverte à un coït à plusieurs. Chacune possède son charme et sont donc très différentes.

Je ne sais pas si je dois me rendre de suite dans l’antre de la luxure, j’ai transpiré et mon jeans est un peu crade au niveau du genou droit. Dilemme, dilemme. Oh et puis merde, je prendrai peut-être une douche avec Nora puisque c’est elle que je compte voir ce soir. A peine suis-je arrivé que l’un des gros bras de l’entrée me dit que les patrons ne sont pas là ce soir. Rien à foutre, ce n’est pas pour eux que je suis présent. Je soupire, la colère monte déjà en moi, bordel il me casse les couilles déjà lui ! Il possède un petit pois à la place du cerveau, ce n’est pas possible autrement… Je lui tapote l’un de ses pectoraux et avec un sourire presque moqueur, je lui annonce que je suis là pour autre chose. Ma parole qu’est-ce qu’il est con… je dois attendre quelques seconde le temps que l’information arrive au cerveau après un détour par je ne sais où … ce mec est réellement un tas de muscles et zéro de jugeote. Enfin, je suis entré après des excuses de la part du gorille. Mouais … en attendant, j’ai perdu un peu de mon temps. Je préviens Nora via un texto, bordel, j’espère qu’elle n’a accepté personne à cause de mon retard. Après avoir franchi l’escalier de style victorien drapé de soie rouge, je me retrouve enfin en face de sa porte, je retire déjà ma veste de cuir, il fait toujours très chaud ici et ce n’est pas une ironie, les proprios font toujours en sorte que tout le monde se sente bien et possède l’envie de se déshabiller. C’est assurément le cas avec une telle température. Je me dois d’être honnête, il n’y pas que les chauffages qui me donnent chaud, il y a surtout la demoiselle qui va venir m’ouvrir après que mon poing eu rencontré le bois de la porte. Je pose mon avant-bras gauche sur le chambrant de la porte pour attendre, là je ne suis pas contre de le faire tant que ce n’est pas trop long vu que cela va en valoir la chandelle. La superbe métisse ouvre la porte, je me mords la lèvre, putain de merde qu’elle est sexy. Je souris avant de me mordre la lèvre. « Désolé pour le retard beauté. » Dis-je avec une voix chaleureuse et sincère. Oui il y a de quoi être désolé et sincère car on ne fait pas attendre une telle femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Nora   Jeu 5 Avr - 15:14

Il m’a été peu compliqué de ne pas la remarquer, de ne pas la reluquer. Habituellement, elle est mon style de femme : métisse ou black aux formes assez généreuses. Oui il est vrai que j’ai épousé une blonde blanche avant de divorcer et que j’ai pas mal sauté sa sœur qui possède de meilleurs atouts que son ainée. Enfin là n’est pas la question. Je ne préfère même plus penser à mon ex-épouse et me concentrer sur sa sœur ainsi sur que sur mes deux petites favorites que sont Monika la tigresse et Nora la douce. J’ai trouvé en ces deux femmes, deux personnes très différentes et similaires à la fois. Non ce n’est pas raciste du tout puisque ce n’est pas pour leur couleur de peau que je dis ça. Elles me plaisent toutes les deux à leur manière. Monika est une femme qui ne se laisse pas faire, une dominante et Nora est plus du style à me faire la gueule quand cela ne va pas. Elle m’oblige à être doux lors de nos moments en tête à tête. Je sais que je rends un autre homme jaloux lorsque je la choisi elle et non sa comparse. J’ai pu voir les pupilles de ce dernier s’enflammer à maintes reprises lorsque mes pognes se sont posées sur ses reins pour la guider dans un endroit où nous pouvons laisser libre court à une libido exacerbée. Je ne connais pas cet homme ais je pense qu’il souhaite mettre ma tête à prix pour démonter l’arrière train de celle qu’il doit considérer comme sienne. Je m’en cogne de lui. Après tout, s’il a un truc à me dire qu’il vienne en face à face. Je me ferai un plaisir de lui coller une droite si besoin en est.

J’ai prévenu ma belle métisse que je vais avoir du retard à cause d’un naze à la sécurité … ce trou du cul m’a cassé les couilles parce que les patrons ne sont pas là. Il s’entête à croire que je suis là pour un rapport mais, je n’ai pas que mon job dans ma vie, j’ai réellement autre chose aussi. L’impatience me gagne, cela monte réellement mais doucement. Enfin il m’a compris, je suis là pour le plaisir et m’invite à entrer, je soupire et me calme en grimpant quatre à quatre les escaliers. Je suis pressé de la voir même si je l’ai prévenue de mon retard. Je ne sais pas pourquoi mais je pense que je vais en prendre pour mon grade. Elle a beau être douce et tendre, elle n’en reste pas moins une femme qui peu être boudeuse à la limite d’être chiante parfois. La porte est ouverte et je peux l’apercevoir entourée d’un splendide kimono fleuri et typiquement asiatique, pas les merdes de copie que l’on peut trouver à bas prix sur les marchés hongrois. Je ne peux rien voir d’autre mais la vue de ses jambes me plait et que dire de son visage angélique ? Je crois qu’elle remarque qu’elle me plait réellement. D’ailleurs, si je n’avais pas de sentiments pour mon ex-belle sœur que j’ai encore baisé farouchement la nuit précédente, je pense que j’aurais pu ressentir un truc pour Nora. La prostituée me fait remarquer que j’ai plus de cinq minutes de retard et me demande comment je compte me faire pardonner. « De la meilleure des manières ma beauté ! » C’est avec un grand sourire que je m’exprime, elle va prendre cher cette nuit car j’ai réellement envie d’elle. Je sens le bout de ses doigts venir grimper le long de mon torse avant d’attraper ma chemise en jeans pour m’attirer à l’intérieur de manière assez détendue, peu pressée et aguicheuse. Je suis comme un petit chien qu’elle promène sur quelques dizaines de décimètres. Je ne regarde pas la petite piaule dans la laquelle nous nous nous trouvons, ni même la porte qui se ferme sous notre impulsion commune. Elle me relâche de manière brève, je ne la comprends pas d’un coup. Elle arrive à me perdre déjà et du premier coup. Je pense que c’est un jeu mais, je n’en suis réellement pas certain encore. Il va me va falloir être doux, patient pour pouvoir la faire hurler et que l’on prenne notre pied ensemble. Je laisse passer l’une de mes imposante main à travers un pan du kimono et laisse glisser ma paume sur son épiderme pain d’épice. « Tu es magnifique avec ce kimono. » Ma main libre vient se glisser sur sa nuque, se perd dans sa crinière de jais pour l’obliger à me regarder alors que je dois lui parler. « Réellement désolé pour le retard, c’est une journée des plus pourries aujourd’hui. » J’ai envie d’être sincère avec elle alors que rien ne m’y oblige. Elle m’a déjà vu en uniforme et du coup elle sait que je suis flic. Dans notre position, elle peut me repousser, se défaire de mon étreinte qui n’est pas si puissante que cela après tout. Non ce soir, j’ai envie d’un peu de tendresse pour commencer et je ne sais as pourquoi encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Nora   Lun 9 Avr - 0:10

Avec Nóra c’est simple, très simple, trop simple même parfois, il ne nous faut pas grand-chose pour nous comprendre ou pour que nos corps s’embrasent. Elle est une de mes deux favorites et c’est bien plus facile ainsi d’autant plus que je pense avoir un petit passe-droit avec elle vu que j’ai son numéro de téléphone. Nous sommes assez libre ensemble, je possède des fantasmes avec elle que je n’ai pu assouvir avec mon ex-épouse. Oui j’ose avouer que je me sens bien avec elle. C’est si tranquille … j’aime sentir ses mains et ses lèvres sur mon corps, la voir se mettre à genoux pour me sucer sans que je ne lui demande. D’accord c’est un peu son boulot mais avec elle, je ne vois pas la péripatéticienne mais bien la femme. Les autres n’ont été que des putes que j’ai payées pour baiser comme un client normal en fin de compte. Je sais ce qu’il lui plait, ce qui la fait frissonner ou languir quand je prends mon temps. Elle est mon égale ou presque. Oui presque car je crains qu’elle soit une clandestine dans ce pays … Pour cela, je ferme les yeux tout bonnement. Je peux la toucher autant que l’envie me prend. Je pourrais me montrer un poil jaloux si elle faisait passer un autre homme avant moi alors qu’elle n’est pas mienne et qu’elle ne le sera sans doute jamais. J’aime passer du temps en sa compagnie mais je doute qu’elle fera ce boulot toute sa vie tout de même. Plus aucune autre tulipe en tout cas ne partagera ma couche ça c’est une certitude. Je ne compte pas la laisser s’échapper avec d’autre mecs que moi aussi facilement et je compte bien toujours être une de ses priorités.
Ce que je vois me plait, elle est juste sublime, sexy à en crever. Je possède cette étincelle qui s’allume à sa vue. Je pense qu’elle l’a remarqué à la longue, cela tout de même quelques mois désormais que nous avons débuté notre relation. J’ai foule d’idées salaces, perverses qui défilent dans ma tête, comment la prendre, comment la traiter, quelle parcelle de sa peau attaquer … la tension monte entre nous, je vais la posséder encore plus que d’habitude. La nuit sera réellement à nous cette fois. Je me suis excusé pour mon retard et sa réaction est immédiate vu sa son geste de pencher sa tête sur le côté. Nous sommes juste tous les deux dans sa chambres, tranquille dans une intimité insoupçonnée et insoupçonnable dans ce genre d’endroit ! La porte a claqué, nous sommes tranquilles désormais. Elle a perdu la première manche d’un jeu qu’elle est certaine de perdre cette fois, oui nous avons l’habitude de jouer, de nous défier pour voir qui aura le dessus sur l’autre et il faut dire qu’en moyenne nous sommes à égalité tout simplement. Ses prunelles expriment sa franchise et son désir. Ce dernier s’exprime à travers nos iris, un regard ne mentira jamais contrairement à des mots ! Je ne la comprends pas toujours et son passé me reste totalement inconnu, il faudrait qu’un jour, je pense à enquêter sur cette demoiselle mais j’en ai pas trop envie et je ne sais pas pourquoi vérité ! Un jour, je pense que je découvrirai la vérité à son sujet mais quand ? L’avenir me le dira …
Ses bras se trouvent désormais sur ma nuque, nos corps se sont pressés presque machinalement, naturellement. Une pointe de séduction s’est présentée, je comprends son sous-entendu, c’est donc moi qui lui ai offert ce kimono. « J’aime réellement oui ! Il te va divinement bien ! » Je ravale un peu la salive tentant de ne pas trop baver sur elle. « La prochaine fois, je souhaite voir un défilé lors de l’achat alors ! » Je souris légèrement après ma réponse, j’ai compris que c’est mon pognon qui lui a payé ce tissu. Je remarque qu’elle a fermé les yeux au moment où j’ai placé mes mains dans sa chevelure pour l’obliger à me fixer quand j’ai choisi de m’excuser de mon retard ! Je n’y suis pas obligé mais j’y tiens réellement ! Ses émeraudes se perdent dans mes saphirs. Elle sourit, cela me plait d’autant plus que je ne devrais pas le faire pour aussi peu de temps de retard mais je suis ainsi fait ! Les excuses effectuées, elle me sourit et je me tente de me faire pardonner. Je tente d’évacuer ma frustration dans des mots, elle finit par m’arrêter en venant m’embrasser, je suis surpris mais j’aime la sensation de ses lèvres ailleurs que sur ma queue. Notre baiser est une tendresse que je n’aurais pas soupçonnée entre nous. Cela signifie que je suis pardonné réellement. Elle me demande si je souhaite en parler avec elle de cette journée qui m’a clairement fait chier. « Je pense que nous avons mieux à faire non ? Mais l’un des gros bras de l’entrée est le roi des cons sincèrement … » je viens mordiller sa lèvre inférieure pour continuer d’attiser ce feu entre nous. « Je suis à toi pour la nuit Nora ! » Répondis-je dans un souffle d’extase alors que ses mains se trouvent à ouvrir ma chemise. Je la regarde faire tout en attrapant le nœud qui attache son kimono et tire légèrement dessus pour le défaire et laisser apparaitre son body avec cette dentelle noire. Elle a terminé de défaire mes boutons, je l’aide légèrement à retirer mon vêtement tout en la sentant des plus attirée par ce qu’elle peut déjà regarder comme c’est le cas pour moi. « C’est très sexy tout ça et cela te va superbement bien … » Je ne suis pas avare de mes compliments, de mes regards envieux sur son corps que je vais dévorer. « Régale-toi beauté, tout est à toi pour cette nuit ! » Dans un sens, je suis entrain de me soumettre à elle pour le moment, cela sera un partage unique entre nous car il y a ce petit truc qui fait que je n’ai pas envie de baiser pour baiser bien que normalement on serait là pour ça mais cette nuit sera différente, une différence qui peut marquer une vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Nora   Mer 18 Avr - 8:27

Jamais, je ne remercierai assez mes supérieurs de m’avoir placé sur cette affaire de mœurs. Le jardin m’a fait connaitre une belle jeune femme, enfin non pas qu’une mais bien deux en plus de pouvoir laisser travailler Timea mon ex-belle-sœur. Ok au final, cela fait trois jeunes demoiselles que je me suis mis à fréquenter de manière des plus fréquentes pour mon plus grand plaisir et pour le leur aussi. Cela ne me dérange pas de payer avec Monika et avec Norà. Titi, je ne la paye pas vu notre relation du passé et présente. Avec Norà c’est différent en tout point. En tout point puisque la sensualité, l’érotisme et le désir sont au rendez-vous. Un désir presque malsain de la posséder de la faire mienne à chaque étreinte. Est-ce peut-être de la jalousie aux vues des regards que cet homme pose sur elle à chaque fois qu’il l’aperçoit avec un autre mâle que lui … Sincèrement, je n’en sais rien, mais, mes relations charnelles avec la métisse me sont devenues importants, presque aussi importante que respirer. Mes prunelles s’illuminent en sa présence d’une flamme de désir presque insolente et non interdite. Je suis divorcé et plus rien ne m’empêche de ne pas aller voir une femme qui me plait et à qui je semble plaire aussi. Tim ? Je n’en sais rien avec elle… Oui j’ai des sentiments pour cette jeune femme mais est-ce réciproque ? Je n’en sais rien honnêtement. Dans les draps de Nora j’oublie tout ça. Je ne suis juste que moi qui a envie d’elle. Nullement hors de question de m’arrêter avec elle alors que c’est si bon entre nous…

Aucune logique entre nous, juste de l’envie, de l’instinct … notre relation est tout de même spéciale puisque j’ai obtenu son numéro de téléphone pour la joindre directement et dès que j’en ai envie. Putain il nous est déjà même arrivé de nous chauffer par textos avant que je ne vienne la rejoindre par exemple. Il y a ce besoin d’être ensemble, de passer un moment sulfureux, de nous récompenser après une victoire et je peux dire que ces récompenses sont divines. Les miennes sont d’ordre à jouer entre ses cuisses avec ma langue et qu’elle m’agrippe la crinière pour me signaler que je lui appartiens. Bordel quand, j’y pense, elle pourrait faire de moi un soumis. Non, je ne préfère pas y penser et vite me retirer cette pensée saugrenue de la tête. Dès que nous sommes à deux, j’ai envie de la prendre dans mes bras de l’embrasser et ensuite de lui faire crier mon nom dans toutes les pièces du jardin. J’ai un tas de fantasmes et quelques-uns d’entre eux pourraient être réalisé avec elle si ce n’est pas l’intégralité. Un jour d’en proposerait certainement à ma jolie tulipe.

Tout en tout nous câlinant, nous nous observons et s’il y a un bien une qualité qu’elle peut posséder c’est cela l’observation, la détection d’un souhait, d’un désir. Pour peu, je dirais parfois qu’elle est un flic infiltré sous la couverture d’une pute pour une mission. Mais non, je connais tous les agents de sexe féminin des mœurs. Doucement nous nous mettons à bavarder. Laissant mes babines légèrement s’élargir sous l’amusement, je ne peux m’empêcher de secouer la tête. « Il me serait impossible de rester sage avec toi dans une cabine. Pas plus que toi d’ailleurs mais l’idée est à retenir ! On ne sait jamais … » Cela pourrait être marrant de batifoler dans une cabine me plait déjà et avec elle encore plus. Coulisser en elle loin de ses collègues me tente fortement et je pense que nous en reparlerons plus tard car les murs semblent parfois avoir des oreilles ici. Je ne dis pas que je ne peux pas lui confier des choses mais… mais il y en a certaine que je préfère aborder par textos. Je m’imagine déjà la dévorer dans l’exigüité des plaques d’agglomérés teintées d’un ton orangé comme c’est le cas en général. Je bande déjà rien que d’y penser. Doucement, lentement nous nous stimulons encore, je n’ai pas spécialement envie d’être brutal avec elle mais en faire une soumise n’est pas à réfuter non plus comme option. On va dire que je vais y aller en douceur pour qu’on finisse là où je le souhaite, le désire. En attendant que cela arrive, je lui raconte mes malheurs, oui j’ai l’envie de me plaindre pour une fois. Je la vois sourire et je m’y mets aussi. A deux c’est bien plus marrant finalement. J’entends quelques mots que je viens déjà me mettre à picorer ses lèvres tel un oisillon, sauf que ce dernier est de la taille et possède le caractère d’un dragon. Je lui apprends que nous allons passer la nuit ensemble, elle ne doit pas savoir que je possède un double salaire, en effet j’ai mon salaire de flic et le jardin m’arrose un peu chaque mois pour balancer ce que je sais sur les affaires les concernant. D’un coup, je défais son kimono pour le plus grand plaisir de mes iris. Je me mords la lèvre instinctivement, elle est canon, ultra sexy dans son body noir. Je me perds à la regarder. Elle me défait la chemise et cette dernière vient s’assoupir nonchalamment au sol, épuisée de la journée passée à même mon épiderme. « J’aime tes cadeaux beauté… » C’est dans un souffle que je prononce mes mots, c’est dans un murmure que je m’extasie déjà de ses doigts sur ma cuirasse de chair. Ces derniers tracent le chemin en direction de mon sabre laser, la force de son désir l’a déjà éveillé maintenant à ma padawan de s’en occuper. Sa main gauche a commencé à défaire mon jeans et a attrapé rapidement l’objet de son désir. Elle commence à me branler alors que nous nous embrassons passionnément. Ma main gauche est partie jouer sur son derme, je me détends mentalement alors que je suis déjà bien tendu physiquement et en bas. Ma belle se retrouve au sol j’en profite pour lui défaire son kimono intégralement, il vient lui aussi s’échouer au sol sans un silence de cathédrale. Nos prunelles reviennent fusionner, impossible que je les laisse se dessouder désormais. J’ai le pantalon aux chevilles et une femme magnifique qui va commencer à me sucer que demander de plus ? Hum je n’en sais rien là. Je ne pense plus à rien d’autre qu’au plaisir que nous allons procurer. Sa main m’astique le manche avant le bonheur suprême, sa langue vient jouer sur mon sucre d’orge. L’entendre gémir si rapidement me remplit de joie. Tendrement, j’attrape sa crinière de jais avec ma main droite après avoir dessiné de mon pouce ses lèvres et du dos de mes doigts avoir caressé son visage angélique. Ma queue disparait autant qu’elle le peut dans la bouche de ma maitresse, je souffle de bonheur tant j’aime subir les sensations qu’elle me procure. « Oh putain mon ange … » je laisse exprimer librement mon désir pour cette femme aux yeux émeraudes, oui je la nomme mon ange mais avouez le un tel facies angélique, on ne peut que la désigner tel quel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Nora   Mar 1 Mai - 17:08

Elle m’a envouté avec sa tchatche, ses prunelles émeraudes et bien évidement son corps si fin mais en même temps, si formidablement dessiné. Depuis que je connais Nora, presque plus rien ne compte mis à part cette jeune femme et celle qui est désormais mon ex-belle-sœur. En ce moment, je me trouve être en présence de la jeune femme à la peau de miel et seul son plaisir m’importera désormais. Entre baisers langoureux et caresses voluptueuses, nous nous dévêtissons doucement. Les bouts de mes phalanges ont beau, connaitre le sillage de chacune de ses courbes, je ne demande qu’à découvrir un nouveau tracé, une descente vers un accès à coït supplémentaire que je lui procurerai avec une fougue qu’elle ne me connait pas encore. La métisse est devenue bien plus qu’une pute que je paie pour m’envoyer en l’air avec elle. Non avec elle c’est différent, nous savons que ce l’autre aime ou n’aime pas au contraire, le petit détail qui fait grimper au plafond bref nous nous connaissons sur le bout des doigts ou presque … Oui car il y a toujours cette petite part d’inconnue qui est envoutant dans un cas comme dans l’autre. Je me demande notamment si Nora est son vrai prénom, si elle est réellement hongroise comme elle le prétend. En tout cas une chose m’est certaine, c’est qu’avec elle, je prends mon pied sexuellement parlant. Je rêve d’en faire ma régulière, d’apprendre à la connaitre dans son autre intimité que celle que je vais encore visiter cette nuit. Ma langue a déjà envie d’y être, de la torturer doucement à mon rythme afin de la faire s’essouffler et m’implorer de la prendre. Ce moment n’est pas encore venu puisque nous discutons d’un possible fantasme à réaliser en d’autres lieux que ceux-ci. L’idée de nous retrouver dans une cabine d’essayage, d’y murmurer et de réaliser nos envies, semble la tenter, l’exciter et je ne suis pas en reste de mon côté. Son idée me plait, elle sait où me trouver le jour où, elle souhaite passer à l’action. « Tu as plutôt intérêt … » murmurais-je presque du tac au tac. « Je viendrai même si, je suis en service ! » Je pense que cela la rendra encore plus dingue de savoir cela. L’envie de la prendre dans un endroit exigu et en uniforme mettra encore plus de piquant à ce fantasme. J’ai faim d’elle, de son corps mais aussi de son âme. L’assouvir totalement, voilà ce que je souhaite désormais, la faire mienne alors qu’il y a une autre femme dans ma vie et pourtant je doute de mes sentiments pour cette dernière. Mon bonbon caramélisé se retrouve à genoux, elle est occupée avec sa sucrerie favorite comme elle décrit ma queue lors de nos échanges brulants par textos. Je suis à sa merci, elle me caresse de manière frénétique, délicieuse entrée en matière d’une nuit des plus prometteuses ensemble. Je compte bien ne pas compter le nombre de fois où nous allons jouir tous les deux. Je la toise alors qu’elle est à genoux, nos iris jouent ensemble aussi, je suis sien désormais. Elle commence à me rendre dingue avec sa langue glissant sur mon sexe dressé et gonflé d’un désir qui ne fait que s’accentuer encore et encore. Pointe contre pointe, sa langue vient de rencontrer mon gland, volupté d’une caresse sans limite, d’un plaisir instantané et décuplé. Vient ensuite l’extase dans toute sa splendeur, sa bouche venant aspirer ma lance, chaque geste est parfait, précis, calculé. Bon dieu c’est divin, la pression monte, elle suce comme si sa vie en dépend. Mes mains sont dans son crin de jais. Ceci est un nouveau jeu entre nous, je sais d’avance que je vais perdre cette manche pour notre plus grand bonheur à tous les deux. Ma vengeance et le second round sera terrible, je me promets de la dévorer en la maintenant par les hanches pour qu’elle soit à ma merci, pour que je puisse ensuite l’empaler et la punir comme nous aimons que je le fasse.  Elle se relève, me délaisse et se délecte de ma souffrance. Je suis tendu, dur et frustré de ne pas aller plus loin. Elle se fout de ma gueule en souriant et avec son regard narquois. Putain, je fonds littéralement … elle possède ce magnétisme inimaginable sur ma personne. Elle si mince, si frêle arrive à me pousser vers le lit, le sommier grince sous mon poids qui n’est celui d’une mouche. Le lit cogne contre le mur, une trace de plus sans doute, je m’en branle personnellement. Je me laisse aller, je commence à deviner la suite ! Cette coquine a décidé de changer les règles. Je n’ai pas le temps de m’exprimer que la voilà sur moi, assise à califourchon, la distance qui nous séparait est réduite à peau de chagrin dans ce petit écrin. Entre nos épidermes, il ne reste que son body, si séduisant mais si usant en même temps. Je n’ai qu’un désir le lui retirer et que nous soyons à égalité. La matière ne semble pas l’empêcher de ressentir les tressaillements de ma bite qui ne souhaite que se diriger dans sa fente que je peux deviner humide. Je vais bientôt aller vérifier tout ça, lui planter mon mât et y laisser couler sa sève. Je ne suis pas du tout patient quand il s’agit de m’envoyer mon caramel au beurre salé. Ses paumes se retrouvent sur mon sexe encore bien durci par ses caresses manuelles et buccales, elle continue de jouer avec lui jusqu’à le faire glisser contre sa dentelle. Elle écarte cette dernière et m’invite sensuellement à entrer en elle. « Avec le plus grand des plaisirs… » Avouais-je dans un souffle sensuel. Aidé de ses pulpes, je la pénètre. Mon gland est inséré, je soupire déjà d’extase, c’est bon d’être en elle, d’y commencer à bouger mais il reste un détail à régler. J’attrape les coutures de son body au niveau de ses épaules et les fais glisser lentement en souriant. « C’est de trop ça … » Je continue de lui retirer doucement ces dentelles pour laisser enfin apparaitre la naissance de ses seins alors que je commence de petits va et viens entre ses fentes intimes. « Je pense qu’il faudra aller plus tôt que prévu faire du shopping ! » Elle va me haïr, son body est magnifique mais, j’ai réellement trop envie de sa poitrine et j’ai senti une résistance dans son tissu, alors je tire un peu plus fort et nous pouvons entendre un petit craquement. Je pense qu’il est déchiré, tant pis l’occasion d’aller réaliser un de ces fantasmes se présente à nous sans qu’elle ne doive m’envoyer de sms un jour. Ses nibards sont libres et je viens enfin passer mes paumes dessus. Libre à elle d’imprégner le rythme de nos ébats désormais, mes paumes sont bien trop occupées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nora   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nora
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Censure
» ◊ Facebook de nora j.r lewis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
loudtest :: Tout et rien :: Rp-
Sauter vers: