loudtest

Tout, rien, n'importe quoi en essais ... (-18)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 monde imaginaire futur

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: monde imaginaire futur   Mer 24 Oct - 7:48

Paradise veut dire paradis mais dans notre monde, cela serait plutôt un enfer … en faite non c’est réellement l’enfer. Pauvreté, violence trônent en maitres mots. La loi de la jungle est la seule loi et quand on nait avec une malformation -pulmonaire dans mon cas- on se fait abandonner. Toutefois, j’ai été recueilli assez rapidement par une sorte d’association qui font adopter les enfants comme moi. J’étais voué à devenir un délinquant, une petite frappe qui ne boufferait que des restes ou encore qui deviendrait cannibale pour survivre. Oui cela arrive d’après ce que je sais mais se sont les très pauvres qui s’adonnent à cette pratique. De mon passé là-bas, je ne sais que très peu de choses, j’ai été assez vite adopté par une famille japonaise : les Iwasaki. Ces derniers, ne m’ont jamais menti sur mes origines, sur mon adoption. Ils ont même tenté un soir alors que j’étais adolescent de me donner les raisons de mon abandon par mes parents biologiques. Je me suis vexé, levé et hurlé pour la première fois sur eux avant de me tirer dans ma chambre. J’ai toujours estimé qu’ils étaient mes parents, que la famille Iwasaki était ma famille et que je ne voulais rien savoir de plus sur mes parents biologiques. Ils m’ont élevé comme l’un des leurs, m’ont offert une chance de survivre en me faisant greffer un poumon artificiel sauvant de cette manière, celui était encore sain. Toutefois, un étrange sentiment est vite né avec la vision de ma cousine du côté maternel. Naoko est passée rapidement du stade de chrysalide à celui de papillon mais j’y reviendrai plus tard. C’est elle qui m’a raisonné lors de cette dispute, c’est en effet elle que j’ai contacté en premier. Durant des heures au téléphone, nous avons parlés, elle m’a fait sourire dans un premier temps puis rire tout simplement. Elle m’a proposé de venir chez elle pour passer le reste de la soirée et de dormir là-bas. Je ne devais pas en parler à mes parents, elle le ferait elle-même. Je n’aurai qu’à me calmer et faire un petit sac avec quelques affaires.

Une vingtaine de minutes plus tard, j’étais chez elle pour une soirée film d’horreur et tendresse. Nous nous sommes endormis enlacés sans arrières pensées ce nuit-là. Toutefois, j’ai compris qu’un truc avait changé, sans le faire exprès, j’avais pressé son sein gauche et je m’étais mis à avoir un afflux de sang à un endroit précis, oui vulgairement parlant, je m’étais mis à bander. Je savais que c’était mal mais je ne pouvais pas encore contrôler mes hormones prépubères. Mon oncle du côté paternel ne m’aidait pas des masses non plus en parlant de son job et de sa boite. Célibataire de longue date et clairement pas intéressé par une relation stable, il se ramenait chaque semaine avec une nouvelle nana à la maison pour voir mon père. Ma mère désapprouvait totalement son mode de vie et moi cela me faisait rire, surtout lorsqu’il disait que son entreprise serait un jour à moi. Je rougissais encore à ce moment-là et pensais à Nao qui n’avait rien dit alors qu’elle pouvait très bien sentir mon érection. Était-elle aussi excitée que moi cette nuit-là ? J’appris la vérité que quelques années plus tard alors que nous enterrions le frère de mon père. Elle enlaçait nos doigts discrètement pour éviter de pleurer devant tout le monde et me demanda si elle pouvait dormir avec moi. J’acceptais avec la crainte d’avoir de nouveau ce genre de réaction vis-à-vis de ma cousine. C’est elle qui prit les devant en se dénudant et en me demandant si elle me plaisait. Pour seule réponse, elle se retrouvant avec mes lèvres soudées aux siennes avant bien plus. Je venais d’hériter d’un club de prostitution et la femme que je désirais le plus au monde venait de m’avouer qu’elle avait envie de moi elle aussi. Notre nuit fut torride, luxueuse. Je n’ai pas compté le nombre de coït que nous avons eu mais ils furent nombreux.

J’ai un peu peur des sentiments que j’éprouve pour Naoko, je ne pense pas que nos familles approuveront, du coup nous nous cachons, je me présente parfois avec d’autres femmes, des prostituées que je paye moi-aussi alors que mon cœur quasiment certain de lui appartenir … Putains de sentiments que je commence à vouloir lui avouer … Je m’en rends compte dès que je la vois avec d’autres hommes, je les jalouse, j’ai envie de les buter, de l’attraper elle et de la baiser sur place pour lui montrer qu’elle m’appartient. Un jour cela se fera, oui un jour …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com
 
monde imaginaire futur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La future championne du monde de Trône de Fer
» BAPTÊME DE MAXIMIEN, PAR ICI!
» Bignozz, un futur plus intelligent ? [lvl 16x ; Feu/Air]
» Riesling du monde!
» aerdala futur panda air sur hécate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
loudtest :: Tout et rien :: personnage-
Sauter vers: