loudtest

Tout, rien, n'importe quoi en essais ... (-18)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Timea

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Timea   Jeu 5 Avr - 20:02

Tout acte à ses conséquences, ses imprévus, ses galères ou ses joies. Dans mon cas personnel, je me dis que c’est un mélange de tout. Lorsque j’ai couché pour la première fois avec Timea, jamais je n’aurais pensé que cela ne serait pas un coup d’un soir mais bien une aventure extra conjugale, que cela entrainerait mon divorce avec sa sœur Andrea ou même que j’en tomberais amoureux. Oui et ce même si j’ose à peine me l’avouer à voix basse ou mentalement, je suis tombé amoureux de celle qui est désormais mon ex belle-sœur. Notre relation n’a fait que s’accentuer, nous nous voyons de manière fréquente pour nous envoyer en l’air. Nous ne sommes pas un couple à proprement parlé mais je suis assez jaloux dès qu’un autre homme pose ses prunelles sur elle. Je me rends compte de plus en plus que j’ai envie de lui avouer mes sentiments, de lui dire ces quelques mots dans un murmure au creux de sa nuque tout en me glissant au chaud dans son fourreau lors d’une étreinte passionnelle et passionnée. J’ai été d’astreinte et nous ne sommes pas vu, pourtant, cela ne m’a pas empêché de penser à elle durant la petite demi-heure où j’ai pu fermer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Timea   Ven 6 Avr - 13:35

Quel boulot n’a pas d’inconvénients ? Sincèrement aucun … une infirmière doit souvent faire face à des malades qui sont compliqués à soigner avec des horaires parfois impossible, un vendeur à souvent à faire avec des clients ronchons qui se permettent d’insulter, là ne sont que deux exemples bien connus et devenus malheureusement classique aux vues de notre société. Moi j’ai des nuits à passer au commissariat et une fois de plus cela a été calme. Nous n’avons dû intervenir que pour du tapage nocturne et un accident de voiture sur la route du retour. Rien de réellement folichon quoi mais en quelque sorte il s’agit de notre quotidien … Nous n’enquêtons pas toujours sur le jardin ou nous faisons encore moins souvent de descente là-bas. Je ne pourrais même pas dire quand sera la prochaine tentative de coup de filet. Nous le savons que quelques heures avant et c’est assez pour moi, je peux les prévenir ainsi de ce qui va arriver. Oui, je bosse pour le jardin, oui je suis ce que l’on nomme un ripou, un flic corrompu et qui n’en a pas spécialement honte. Une autre chose qui ne me fait pas honte c’est d’être devenu l’amant de mon ancienne belle-sœur la jeune fille en fleur que j’ai connu adolescente est devenue une jeune femme des plus sexy et désirable. C’est lors de son dix-neuvième anniversaire que j’ai craqué et que nous avons couché ensemble pour la première fois. Aujourd’hui divorcé de sa sœur Andrea, nous nous voyons bien plus librement et il est rare que nous nous cachions. Je ressens bien plus pour elle que des envies torrides, j’ai compris que j’en suis amoureux.

Quelle n’est pas ma surprise en la voyant face à moi lorsque j’arrive à l’accueil du commissariat, Pavel n’a pas rigolé cette fois, il a été sérieux, il y a une jeune femme qui m’a demandé et pas n’importe laquelle car c’est bien celle qui me fait chavirer qui se trouve être devant moi. Drôle de sensation puisqu’Andrea n’a jamais ce geste de venir ici pour me voir. Je suis dans un premier temps inquiet, j’ai peur qu’il lui soit arrivé quelque chose. Son geste sur ma joue me fait frissonner d’aisance, c’est doux, c’est bon … dans l’intimité j’aurais embrassé son poignet, là je me contente d’un large sourire pour lui faire savoir que cela me plait. J’aime quand elle vient jouer de ses phalanges dans ma barbe, j’aime quand elle me caresse la joue et qu’elle me regarde comme elle est entrain de le faire. Elle me signale qu’elle va bien et me retourne la question. «Ca va aussi princesse. Cela va même encore mieux depuis que j’ai posé mon regard sur toi. » Je viens de souffler ma la fin de ma phrase en fisant qu’elle seule ne l’entende. Sa main vient de se poser sur mon torse et je la regarde de bas en haut, putain elle est toujours aussi sexy et sa tenue est des plus bandante. Elle a déjà deviné ma question qui allait suivre et dans sa voix, je peux entendre un reproche. En fait non, il n’y a pas que dans sa voix qu’il y en a, son regard en est rempli lui aussi. D’accord alors là, on va entrer dans le privé et je ne souhaite pas que mes collègues entendent cela car nous allons sans doute évoquer le jardin. Je n’ai pas honte que titi soit la comptable mais je bosse en sous-marin pour ceux qui sont nos patrons et je souhaite être discret encore. « Il ne faut pas … » je fouille vite du regard ce qui nous entoure et remarque qu’une petite salle d’interrogatoire sur notre droite est libre. Elle ne sera pas des plus confortable mais bon cela nous suffira je pense. J’attrape sa main pour l’y entrainer presque en courant. Je sens le regard de mes collègues sur elle et cela m’agace sérieusement. A peine entré tous les deux que la porte est verrouillée, les stores sont eux totalement fermés. Seul un néon va nous éclairer. Enfin à l’abris des regards curieux, je peux être moi-même avec elle. « Désolé mon ange, je n’ai pas pu te donner des nouvelles hier, on a eu pas mal de boulot au point que je n’ai pas pu venir te voir au Jardin alors que j’en crevais d’envie. » Je la dévore du regard en lui expliquant pourquoi on n’a pas pu se voir hier. Je me mords la lèvre aussi, j’ai ce besoin de la toucher et de lui faire sentir qu’elle me plait. « Tu es ravissante ! C’est pour moi que tu t’es faite aussi sexy ? » La réponse semble évidente mais c’est toujours plaisant à entendre qu’une femme veuille vous rendre dingue. Timea n’a pas besoin de beaucoup pour le faire mais j’avoue que j’aime l’admirer dans ce genre de tenue. « Tu m’as manqué mon ange … » annonçais-je en venant me coller contre elle, l’enlaçant d pour l’embrasser langoureusement laissant ma langue aller chercher la sienne dans un premier temps. Je sais que nous serons pas dérangé ici car il est évident que je suis entrain de commencer à bander pour Mea et qu’elle va s’en apercevoir rapidement car elle me connait plus que bien désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Timea   Sam 7 Avr - 18:57

Je n’aurais jamais pensé la voir ici dans les locaux de mon boulot. Ma belle et douce maitresse, celle avec qui j’ai eu mes premiers rapports extra-conjugaux, celle dont je me rend compte qu’elle est bien plus pour moi qu’un simple plan cul … Timea est un rayon de soleil dans ma vie, mon rayon de soleil, mon oxygène. Elle m’apporte sans le savoir tout ce que je n’ai pas eu avec sa sœur durant notre mariage. Oui je suis étonné de la savoir dans entre ces murs, inquiet aussi mais c’est parce que je tiens à elle. Ses gestes me touchent, me font frissonner, me rendent dingue, il y aussi ce jeu de regard entre nous. Bon dieu pourquoi nous ne sommes pas déjà seul ? Je l’aurais prise dans mes bras et l’aurait embrassé comme j’en ai envie, lui faire sentir que je suis soulagé de la savoir en bonne santé. Je vois la sourire à mes mots et j’en fais de même avec sa proposition. « Bonne idée ! Mais j’en veux deux alors car il m’en faut une pour mon portefeuille. Que je puisse fanfaronner avec beauté. » Un pas vers l’aveux que je n’ose lui faire en plus de ce compliment qui peut paraitre tellement niais aux oreilles de certaines femmes. Je me demande si nous ne sommes pas entrain de nous avouer certaines choses à demi-mots. Putain si cela pouvait être vrai … Toutefois c’est trop beau pour l’être. Je ne peux m’empêcher de la désirer en la regardant et le couperet tombe, le reproche auquel je ne m’attendais pas spécialement. « Je suis désolé princesse. Je tiens à toi également. » Avouais-je rapidement en cherchant un endroit pour être tranquille tous les deux. Oui je ne souhaite pas que mes collègues me charrient après, elle est mienne, mon jardin secret et mon havre de paix. En sa présence, je suis moi-même et non le flic corrompu du jardin. Je nous entraine des plus rapidement dans une salle d’interrogatoire pour avoir la paix et laisser libre court à nos envies, nos folies mutuelles. Je remarque qu’elle s’installe sur la table et qu’elle dépose son sac sur une chaise alors que je ferme tout pour être simplement tous les deux. Voilà qu’elle reprend la parole pour me dire que j’aurais pu lui envoyer un petit message ou passer chez elle pour la rassurer. Finalement elle m’interroge sur mon sommeil. Je suis réellement touché car elle s’inquiète pour moi. Ce n’est plus possible autrement nous partageons les mêmes sentiments. Je ne sais pas quoi répondre à ce moment-là … « Je suis réellement désolé mon ange, je m’en veux pour le sms … tu sais que si j’étais venu chez toi, je serais resté mais je ne pouvais pas, je travaillais. Enfin à choisir j’aurais préféré passer ma soirée et ma nuit avec toi sans hésiter ! Quelques minutes oui … assez pour rêver de toi en tout cas… » Je vais me faire sans doute tuer quand elle va réagir sur mes minutes de sommeil … adieu monde réel et bonjour les enfers ou je serai obligé de fouetter les âmes damnées car Satan voudra de moi comme bras droit. Je la fais sourire avec mes mots elle me demande pour qui d’autre elle aurait pu se mettre sur son 31. D’accord mademoiselle essaie d’attiser ma jalousie et c’est réussi. « Je ne sais pas moi ! un autre beau mec plus jeune que moi … » Fis-je avec une moue boudeuse. Enfoiré un jour, enfoiré toujours … j’ai envie qu’elle l’avoue en premier, je n’ose réellement pas de peur de la perdre. Avant que je ne l’embrasse, elle m’avoue qu’une journée devient trop longue sans me voir. Mon cœur rate cette fois quelques battements … je n’ai que pour réponse qu’un baiser fougueux, langoureux, elle gémit et nos langues se mettent à danser le plus beau des ballets tandis que la femme que j’aime commence à déboutonner ma chemise. Un râle de frustration s’échappe de mes lèvres durant une seconde, elle ne la retire pas entièrement mais c’est si bon de sentir ses mains sur mon torse que je ne rouspète pas. « C’et réellement trop long une journée sans toi ma chérie ! » c’est entre ses lèvres que je lui dis tout cela et que pour la première fois j’emploie un adjectif possessif en plus du terme chérie avec elle. Elle me signale que je n’ai pas intérêt à l’enlever de moi-même en parlant de mon vêtement avant que l’on prenne là où l’on s’était arrêté … mes mains ne sont pas en reste placées sur ses hanches, elles viennent sur ses cuisses pour remonter et faire glisser sa jupe bien plus haut avant de remonter encore plus haut. Ma femme est trop habillée pour moi. Du bout de mes phalanges, je commence à jouer sur les cotés de son haut. « Tu es si belle … » soufflais-je entre ses lèvres avant de reprendre possession de ses lèvres. « Tu es à moi … » Ajoutais-je dans un second souffle en espérant qu’elle comprenne que je ne blague pas … Oui pour moi elle est réellement à moi …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Timea   Lun 9 Avr - 0:11

Pour une surprise, c’est une magnifique surprise qui est arrivée en la présence de Timea au boulot. Je me suis bien vite mieux entendu avec elle qu’avec sa sœur Andrea qui j’ai été marié pourtant. Il n’est pas arrivé un moment ou nous nous sommes fâchés comme j’ai pu me disputer avec mon ex-épouse durant notre mariage. Bon d’accord, j’ai dû calmer les ardeurs et les hormones de la cadette Somlo quand elle était encore mineure mais depuis qu’elle est devenue ma maitresse, nous n’avons jamais eu une engueulade réellement. Juste parfois un peu d’énervement mais cela c’est toujours vite calmé et nous nous sommes toujours réconcilié sur l’oreiller. La voir en si bonne santé et habillée si sexy m’a rassuré et embrasé de l’intérieur. Je souris quand elle accepte ma demande de deux photos et qu’elle me demande si je veux qu’elle soit nue pour la photo du portefeuille. Je secoue la tête sacré coquine. « Non celle-là elles seront juste pour nous deux … je veux être le seul à profiter de te voir nue ! » Une pointe de jalousie se laisse entendre dans ma voix, je n’en ai rien à secouer, je n’ai pas spécialement envie de la partager avec un autre mec. Tout est si sensuel et si simple entre nous … J’ai fondu devant ce sourire coquin qu’elle m’a fait avec sa proposition de photo dénudée, elle veut encore plus m’exciter et y arrive très bien. Quelques collègues nous regardent ou plutôt la regarde, je commence à fulminer, elle est là pour moi et non pour eux. Toutefois, elles ne peuvent pas nous entendre et c’est mieux ainsi. Si elle a douté que je ressente des choses pour elle, je pense l’avoir rassurée. Cela la fait sourire en tout cas, elle semble heureuse et c’est le but. Je l’écoute presque religieusement m’expliquer que désormais, je le saurai pour la prochaine fois et elle a raison. « Oui désormais, je le saurai. Si tu es libre ce soir, j’aimerais passer oui à moins que tu ne viennes toi chez moi. Qu’en penses-tu ? Oh oui passer du temps avec ma princesse est nettement plus joyeux que d’être ici. » Je dis le tout avec un sourire et voilà que la colère monte légèrement en elle. « Je travaillais princesse et le crime ne dort pas lui. » Annonçais-je avec un léger sourire détournant une phrase célèbre qui dit que « le crime ne paie pas » Nous savons tous que c’est faux et archifaux puisque la plupart des criminels sont bien plus riche que nous tous. Elle a raison d’être en colère, ce n’est pas spécialement bon de ne pas dormir des masses mais, le boulot reste le boulot et vu mon implication ailleurs, je préfère rester sur le qui-vive. Elle a réussi à me rendre jaloux et sa réaction me détend, m’apaise directement, cette main sur ma joue est un catalyseur d’émotion. Je remarque qu’elle secoue la tête avant de parler. J’entends que l’âge n’a pas d’importance pour elle car elle a trouvé son apollon et que je suis ce dernier. « Tu es ma muse alors si je suis ton apollon. » Oui je fais clairement référence à la mythologie grecque. Nous avançons doucement tous les deux, nous prenons le chemin de l’aveux ultime. Les mots s’enchainent, les surnoms deviennent de plus en plus intimes, romantique aussi. Elle me parle de vivre ensemble … pourquoi pas après tout … je n’y suis pas opposé personnellement. « On pourrait passer encore plus de temps ensemble ! Qui habiterait chez l’autre ? A moins que l’on prenne un truc ensemble ? » Voilà deux questions qui peuvent être soulevée et qui vont sans doute la ravir. Ma chemise déboutonnée, je suis à sa merci, je ne suis pas discret pour commencer à la caresser après tout elle est consentante et vu nos paroles enflammées, je ne doute plus de ce qui va se passer. J’allume cette étincelle, cette envie de sa part d’aller plus loin. Après les reproches de toute à l’heure voilà les compliments, bien plus agréables aux oreilles. Je souris, je plane même car elle est ma drogue. Ses mains ont délaissé mon torse, je la sens défaire ma ceinture ainsi que la fermeture éclaire de mon pantalon. Mon sexe est à quelques centimètre de ses doigts, elle peut l’attraper dès qu’elle le souhaite le faire sortir de sa cachette et commencer à s’amuser avec. « Tu l’es encore plus chérie » J’aime m’entendre la nommer ainsi car depuis le temps que nous couchons ensemble c’est ce qu’elle est devenue désormais. Sous son impulsion, nos doigts s’entrelacent, elle vient poser ma main sur sa poitrine, sa généreuse et pulpeuse poitrine mais ce n’est pas pour que je caresse ses seins qu’elle le fait. C’est pour faire un tendre aveu. Le moment est arrivé, les mots vont pouvoir être prononcé. Ceux qui nous tiraille visiblement depuis presque toujours. Nos fronts sont posés l’un contre l’autre, nos prunelles se sont abordées pour ne plus se séparer, sa main se trouve sur ma nuque, dieu que cette situation, je l’ai attendue. Je laisse ma main là où elle l’a placée, je ne bouge pas, une ou deux secondes de silence se posent, je sais ce que je vais répondre car je ressens la même chose pour elle. « Depuis le temps que j’attends ce moment Timea … » Dis-je en la dévorant du regard, c’est fou à quel point je peux aimer cette femme. Le palpitant s’est transformé en formule un, je copie son geste et pose ses phalanges sur mon organe. « Ecoute le battre pour toi ma chérie ! » Ma voix est d’une douceur que je ne lui connaissais pas moi-même. « Oui je suis à toi Timea et je veux continuer à l’être aussi longtemps que tu voudras de moi. » Ce n’est pas une demande en mariage c’est encore trop tôt car nous avons un tas de choses à construire ensemble. Désormais elle sait que je ne vois plus en elle l’ex belle sœur mais bien la petite amie. Je défais sa main de mon pectoral droit pour venir l’enlacer à nouveau et de mon poids, je décide de lui attraper les fesses pour la soulever, l’entrainer contre le mur et continuer à l’embrasser tandis qu’elle pout encore mieux sentir mon érection qui s’est dessinée sous nos mots, nos gestes et nos pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Timea   Jeu 26 Avr - 18:47

La voir ici est une merveilleuse surprise qu’elle est la première à me faire. J’en suis des plus ravi, des plus heureux mais aussi des plus excités. D’accord, je n’aurais pas dû réagir de manière aussi jalouse que ça pour la photo d’elle nue mais, je souhaite garder l’exclusivité auprès de mes collègues. Un doux sourire s’étire de ses lèvres en me répondant pour clore en quelque sorte la discussion à ce sujet. Je me ferai pardonner plus tard et ce de la meilleure des manières. « Merci ! » Dis-je avec une voix bien plus douce et bien plus aimante que toute à l’heure. Je suis presque un agneau désormais, un bovidé avec une énorme envie de lui montrer qu’il lui appartient corps et âme. Je n’ai rien montré, elle le verra plus tard. Je deviens de plus en plus possessif avec elle et cela semble plaire à la jeune femme, on ne se le montrait que par de petits gestes, de petites attentions mais cette fois, j’ai envie d’un peu plus. Je me sens prêt tout simplement. Machinalement, je viens me mordre le pouce comme pour me retenir de ne pas lui sauter dessus de suite. Putain, le rêve Timéa m’attendant en petite tenue en plus d’un bon diner. Cela me changerait de mon chat râleur et du burger gras, infecte que je peux m’envoyer certains soirs. « La nuit sera plus que bonne » Je laisse peser un petit doute sur la suite de ma phrase toujours avec un grand sourire. Cela m’amuse un peu de la torturer. « On la passera ensemble donc, elle ne sera que merveilleuse. Tous les soirs ? Réellement ? C’est bon à savoir ça … Mon ange, je suis toujours sage » Concluais-je d’un air espiègle. J’ai pu observer son sourire, il ne l’a jamais quitté durant ses paroles mais d’un coup, sa voix change et son visage devient plus sérieux, elle me parle de mon supérieur. Oups, elle ne l’a toujours pas digéré celle-là … « Pari que tu gagnerais certainement ma belle, je n’en doute pas une seconde… » Je sais qu’elle ne parle pas d’Elias mais bien du gros con qui est encore au-dessus, celui-là est un gros fainéant de première. La conversation dérive une fois de plus et elle prend une tournure des plus agréable. « Merveilleux alors si tu l’aimes. » Si tu m’aimes … aurais-je bien ajouté au final. Je remarque que les commissures de ses lèvres se sont agrandies instinctivement, elle a compris une chose, j’en suis certain. Je l’écoute, chacune de ses syllabes sont un pas de plus à une vie à deux et à un bonheur encore plus sincère. C’est un œil franchement bien plus pervers qui la regarde désormais. « C’est ce que l’on va faire alors ! » Je suis décidé de vivre avec elle et rapidement commencer à chercher un appart ou une maison ensemble. « Je nous imagine déjà entrain de baiser chez nous, t’écoutant susurrer mon prénom alors que je serais occupé à embrasser ton corps divin mon ange. » L’idée m’excite réellement et me fait déjà bander comme ce n’est pas permis. Je nous imagine déjà avoir ce chez-nous, aller faire les boutiques de décorations et de meuble pour y trouver un lit assez solide pour nos vagues de plaisir mutuel. Ma chemise est déboutonnée, de la manière dont elle me l’a laissée, je suis encore à sa merci, à son envie. Je ne suis pas en reste avec elle, la pulpe de mes phalanges joue avec elle également. Son épiderme est doux, sensuel, irrésistible. Notre conversation est importante mais je meurs d’envie d’autre chose. Tant pis pour la partie de jambes en l’air cela attendra car notre avenir est entrain de prendre une tournure importante là. « Parfaitement trouvé ma chérie ! Nous nous sommes bien trouvés. » Je lui fais un petit clin d’œil complice, je sais de quoi elle parle et je suis d’accord avec elle. Nous nous annonçons des choses intenses, les gestes sont sincères de part et d’autre, les mots aussi. Nos doigts se sont entrelacés, les gestes devenus encore plus tendre et n’ont plus aucunes retenues. Cette fois nous formons réellement un couple d’après nos aveux mutuels. Ma main a été sur sa poitrine, son galbe que j’ai envie de palper d’une autre manière mais qui me fait ressentir son cœur qui bat pour moi. J’ai copié son geste rapidement pour qu’elle comprenne que c’est pareil de mon côté. « Tu fais de moi l’homme le plus heureux du monde Timéa ! » C’est en toute sincérité que je me dévoile à celle que j’aime réellement et qui n’est pas qu’un simple plan cul comme elle aurait pu le penser. « Et bien alors je ne partirai jamais ! » Je réponds sans détour et sans réfléchir à sa question. « En plus, je n’en ai pas envie car je t’aime Timéa ! » Contre toute attente, je viens de lui dire les deux mots que nous attendions tous les deux ! La voilà dans mes bras, ses jambes interminables autour de ma taille et ses bras autour de ma nuque. Je viens la plaquer doucement contre le mur, je bande et elle doit le sentir. Elle en gémit déjà, nous nous embrassons un peu nos langues jouant l’une avec l’autre. Ma chérie vient doucement me chauffer encore plus que je ne le suis déjà. Je peux sentir sa langue chatouiller le lobe de mon oreille droite avant de la laisser me mordiller. Putain de merde, elle sait que cela me rend fou quand elle fait ça et encore plus maintenant. D’une voix douce et désireuse au creux de mon oreille, elle vient de me proposer de passer aux choses sérieuses. « Avec plaisir ma chérie ! » Ses lèvres viennent de glisser le long de ma mâchoire alors que de mon côté ma respiration se fait encore plus forte, bordel, je crève d’envie de la posséder. Ma queue connait bien le chemin à faire puisqu’elle trouve l’entrée de la chatte de celle qui est devenue officiellement ma chérie désormais. Je commence doucement à la pénétrer en gémissant entre ses lèvres. Rapidement je laisse ma langue retrouver sa jumelle pour une vague de sensation encore plus importante. Petit à petit, je m’enfonce en elle lui faisant ressentir mon épaisseur et mon désir. Je décolle mes lèvres des siennes un instant, j’ai envie de lui redire ces mots que nous chérissons tous deux. « Je t’aime Timéa ! » Je la regarde et je me remets en action. Cette fois c’est jusqu’à la garde que je me suis enfoncé après un léger retour jusqu’à mi-chemin. Notre couple a débuté par une baise intense lors de ses dix-neuf printemps, il sera scellé officiellement dans les locaux de mon job car je compte bien lui procurer un coït des plus brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Admin
Admin
avatar

Messages : 111
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Re: Timea   Jeu 28 Juin - 22:19

Avec elle, je ressens bien plus de choses que je ne le faisais avec sa sœur aînée. Mon ex était on peut le dire, nulle au pieu tandis que Timea est réellement un un coup phénoménal en plus d’être un véritable canon et un amour. Mon amour pour être plus précis. Elle me pose une question et à la manière dont, je la regarde, elle ne peut penser qu’une chose oui, oui et encore oui. Je me mordille la lèvre, putain c’est un véritable tic avec moi … « La réponse est évidemment oui et archi oui.  Cela me plaît toujours de te voir peut importe le lieu tant que nous sommes ensemble ! » Je n’ai pas hésité à le lui dire. Je me rapproche d’elle avec un petit sourire aux lèvres « Autant que tu voudras même chérie. » Voilà une déclaration qui veut tout dire, je sais que cela lui fera autant plaisir qu’à moi cette fois. Un sujet sensible est abordé, je suis jaloux et elle le comprend rapidement. Elle me propose de prendre les photos moi-même, je pousse un ouf de soulagement, je n’ai plus envie qu’un autre la voit nue. « Cela sera avec le plus grand des plaisirs … je m’improviserai photographe puis amant l’histoire d’un soir. » Enfin l’histoire d’un soir ne vaut que pour le photographe, je veux bien plus avec elle que d’être son amant. La dispute est évitée de peu, nous l’avons frôlé, nous devons l’admettre. Son sourire coquin me fait à nouveau fondre. Comment aurais-je pu me disputer avec elle ? Je me rends compte que je suis réellement amoureux d’elle à ce moment-là, je le savais déjà mais ma réaction ne m’a fait que le confirmer. Je tiens bien plus à elle que je ne le faisais avec sa sœur au moment de notre mariage et si elle avait été déjà majeure, je pense que cela aurait été avec elle que j’aurais entamé une relation et non avec Andrea. L’attente n’a été que meilleure et lorsque j’ai craqué tout m’est apparu comme naturel. La façon de l’embrasser, de la posséder au lit … Aujourd’hui, je me retiens de lui sauter dessus, de la prendre contre un mur à la vue de tout le monde, je me mords le pouce à nouveau et je vois que cela lui plait encore. Elle est de mon avis sur le fait que nous nous bien trouvé ? Tant mieux pour elle car j’ai pas envie de la quitter. « Tant mieux ! » C’est tout ce que je me contente de dire sur un ton légèrement possessif tout en lui faisant un clin d’œil complice. Cela a été trop long de ne pas la voir durant vingt-quatre heures, de ne pas la toucher, de pas lui susurrer de mots doux durant cette période. Oui cela me fait chier clairement. « Ah bon ? Pour une fois, j’aime ne pas avoir le choix alors … Sois-le tout le temps chérie, j’ai envie de passer autant de temps que possible en ta compagnie. Je te dévorerai du regard avant de te dévorer tout court... » Je passe par plusieurs étapes dans mes paroles, de la surprise à l’affirmation avant la confirmation. Elle doit le comprendre dans mon timbre de voix qui se fait doux et suave au final. « J’ai hâte d’être ce soir ... » Ma voix est à nouveau mielleuse et elle ne le sais pas encore mais demain, je suis en congé, je pourrai passer tout mon temps avec elle, si elle le désire. Un autre sujet sensible est abordé : mon supérieur et ses ordres… je n’ai réellement pas envie qu’elle aille lui dire ce qu’elle pense surtout que je n’appartient plus réellement aux forces de l’ordre désormais. Je bosse en priorité pour le jardin. Je tente de lui faire comprendre ce que ce n’est plus qu’une question de jours au maximum avant de retrouver une vie normale. La phrase est lâchée, je lui ai dit que je l’aime, sans réellement sans se rendre compte, elle m’avoue aussi ses sentiments. Le moment est intense, une nouvelle vie s’offre à nous. Nos iris ne se quittent plus, c’est intense comme moment. Elle me sourit, elle a compris que je veux passer ma vie avec elle et qu’on le fasse dans un appartement ou une maison que nous aurons choisi ensemble. Elle me donne encore plus envie de vivre en sa compagnie avec ses mots crus mais si tentant… « Si ce n’est pas moi qui vient passer ma langue sur ta chatte avant de te la bouffer. Je rêve déjà de ses réveils coquins où je te prendrai sans relâche. » J’ai un sourire carnassier, j’aime lui faire des cunni comme j’aime sentir sa langue sur ma bite avant qu’elle ne la prenne totalement en bouche. « J’avoue que j’ai déjà hâte chérie ! » Oui c’est la vérité, j’ai hâte de vivre avec elle, de prendre mes petits déjeuner en sa compagnie avant de prendre mon dessert favoris en m’occupant de son corps. Nous n’allons pas perdre de temps et nous allons nous mettre à la recherche de ce lieu rapidement. Mon coeur palpite un peu plus fort encore, oui nous en sommes là, les aveux sont proches, fluides et si importants. « Parce que tu crois que je regrette quelque chose ? » Je l’interroge mais la vérité est là, oui, je regrette juste une chose, de pas avoir craqué plus tôt et elle va devoir le savoir. « En fait si, je regrette un truc : ne pas avoir craqué plus tôt ... » Voilà c’est sorti … le sourire aux lèvres, je ne regrette pas de lui avoir lui avoir avoué. Je sais que de ma faute, elle a perdu sa mère et sa sœur mais visiblement cela ne lui fait rien, elle ne le regrette pas parce que l’entente n’était pas au beau fixe. Je le savais déjà avant alors, je n’ai rien à me reprocher. Alors qu’entre nous un seul regard suffit pour nous comprendre. Je balaye vite ses doutes, ses angoisses, ses peurs … une déclaration, ma déclaration veut tout dire., je copie son geste et presse ma main sur son sein pour sentir son coeur battre. Le mien bat clairement pour elle, je ne le cache pas. Sa déclaration me touche, elle sincère dans ses mots, je le sens. « Et toi tu ne sais pas à quel point tu me rends heureux Timea. » Je suis doux, tendre dans mes paroles. Si cela avait été une autre personne qui aurait prononcé mes mots, j’aurais trouvé à la limite du vomitif mais pour elle, je suis prêt à devenir romantique et fidèle. « Tu n’as qu’à me le montrer ... » Dis-je avec le sourire dans un murmure pour la prendre finalement dans mes bras. Nous venons de nous mettre officiellement en couple d’après ce que je comprends. Je suis dès cet instant l’homme le plus heureux du monde, je la colle contre le mur, cela devient coquin, sa langue vient amuser mon lobe d’oreille, cela me fait frissonner, je suis réellement envoûté par cette femme, qui est ma femme désormais. Nous allons passer aux choses sérieuses, nous en avons envie tous les deux. Nos lèvres se sont trouvées, nos langues jouent désormais ensemble, je la fais déjà gémir en me glissant en elle, je suis certain que je la léchais ou que si je lui mettais des doigts, je récolterais sa mouille. Je la fais clairement languir, je suis encore très doux, j’ai envie de me faire désirer. Je lui déclare ma flamme en la regardant droit dans les yeux, elle arrive à me retourner mes mots au moment ou je m’enfonce en elle complètement. Un petit cris s’échappe en plus de ses lèvres, elle est surprise mais n’est pas en reste car elle se met en mouvement aussi, elle s’empale d’elle même sur ma tige gonflée d’excitation. Les enchaînements de coups de reins se font plus violents, je la tiens fermement dans mes bras , mon bassin claque contre le sien mais la position n’est pas idéale, je veux qu’elle me sente bien en elle, qu’elle sente que ma bite est gonflée et dressée de désir pour elle et uniquement elle. Je grogne légèrement en la possédant, à chaque fois que je m’enfonce en elle, c’est intégralement, je ne fais plus dans la demi-mesure maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loudtest.forumactif.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Timea   

Revenir en haut Aller en bas
 
Timea
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
loudtest :: Tout et rien :: Rp-
Sauter vers: